Les ambassades du Danemark et de la Norvège en Syrie incendiées

Les Musulmans du monde entier ont continué à se mobiliser samedi contre la publication, dans la presse européenne, de caricatures de Mahomet, en dépit d'appels au calme et à la réconciliation.

Les ambassades du Danemark et de la Norvège en Syrie incendiées
©EPA
AP

La colère contre la publication de caricatures du prophète Mahomet dans les pages de journaux européens a continué de s’exprimer samedi tant dans les pays arabes qu’en Europe. Ainsi, plusieurs milliers de manifestants ont envahi et incendié les ambassades du Danemark et de la Norvège à Damas, alors que des manifestations ont eu lieu à Gaza, Londres et Copenhague.

A Damas, l’incendie provoqué par la foule a embrasé le bâtiment de trois étages qui, outre l’ambassade danoise, abrite aussi, à des étages inférieurs, les missions du Chili et de Suède. Une épaisse fumée noire s’en échappait alors que les pompiers luttaient contre les flammes.

Le ministre danois des Affaires étrangères Per Stig Moeller a jugé qu’il était "inacceptables" que les autorités n’aient pas protégé les bâtiments diplomatiques. Il a dit avoir téléphoné à son homologue syrien Farouk al-Chareh, ce dernier disant regretter ces incidents.

La police, qui apparaissait débordée par la violence des manifestants, a ensuite utilisé des canons à eau pour disperser la foule qui faisait mouvement vers l’ambassade norvégienne. Des éléments ont néamoins réussi à traverser le cordon policier et mis le feu à cette autre mission aux cris de "Allahou Akbar" (Dieu est grand).

Cette même foule se dirigeait en soirée vers l’ambassade de France, à quelque neuf kilomètres des premiers rassemblements. Le quotidien "France Soir" avait publié cette semaine plusieurs des portraits satiriques du prophète Mahomet qui ont choqué le monde musulman.

La manifestation de Damas avait commencé dans le calme, mais certains protestataires ont escaladé le mur de protection de l’ambassade danoise et incendié le bâtiment, après avoir remplacé le drapeau danois par une bannière verte sur laquelle était inscrit en arabe: "Il n’y a d’autre dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète".

Des ambulances ont été dépêchées sur les lieux des incendies mais on ne faisait pas état de blessés dans l’immédiat, bien que des heurts se soient produits avec les forces de l’ordre. En réponse à ces violences, le ministère danois des Affaires étrangères a diffusé un communiqué appelant ses ressortissants à quitter la Syrie dans les plus brefs délais. "La situation des Danois en Syrie a pris une tournure négative ces dernières heures", souligne le ministère sur son site Web. On recense environ 80 Danois dans ce pays.

A Copenhague, environ 300 manifestants musulmans ont protesté contre la publication de ces dessins dans le quotidien "Jyllands-Posten". A Londres, ils étaient environ 700 à avoir manifesté devant l’ambassade du Danemark, selon la police britannique.

La colère s’est de nouveau manifestée samedi dans les territoires palestiniens où plusieurs manifestations ont eu lieu, dont une qui a rassemblé au moins 6.000 personnes à Nazareth. Mahmoud Zahar, dirigeant du Hamas à Gaza, a affirmé samedi qu quotidien italien "Il Giornale" que les auteurs des dessins méritaient la mort.

A Gaza, une vingtaine de manifestants ont attaqué le centre culturel allemand, brisant les vitres et brûlant le drapeau allemand, tandis qu’une trentaine d’autres ont jeté des pierres sur le siège local de la Commission européenne, avant que la police n’intervienne. Un peu plus tard, environ 400 personnes ont marché vers ce bâtiment au cri de: "Insulter le prophète revient à insulter chaque musulman". Il n’y pas eu cette fois de violences.

Sur le même sujet