L'Allemagne inquiète de "la guerre des cultures"

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, s’est déclaré «extrêmement préoccupé » dimanche par la flambée de violences provoquée dans le monde musulman par les caricatures du prophète Mahomet, craignant «une guerre des cultures », paraphrasant la "Guerre des civilisations" annoncée par le penseur néo-conservateur américain Samuel Huntington.

L'Allemagne inquiète de "la guerre des cultures"
©EPA
AFP

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, s’est déclaré «extrêmement préoccupé » dimanche par la flambée de violences provoquée dans le monde musulman par les caricatures du prophète Mahomet, craignant «une guerre des cultures », paraphrasant la "guerre des civilisations" annoncée par le penseur néo-conservateur américain Samuel Huntington.

«Nous n’avons pas encore de guerre des cultures, mais nous sommes toujours encore éloigné du dialogue recherché, alors que celui-ci est souhaitable et nécessaire », a déclaré le ministre qui s’exprimait devant la conférence sur la sécurité de Munich.

Réaffirmant les libertés de presse et d’opinion comme principes élémentaires «irrévocables » de la démocratie, M. Steinmeier a relevé qu’une fausse impression serait de croire que ces libertés pouvaient être opposées à la liberté de religion.

«Les deux types de liberté vont de pair, les deux doivent être respectées, pas seulement en Europe, mais dans le monde entier », a-t-il dit.

Le gouvernement allemand peut comprendre que les mulsumans se sentent blessés par les caricatures du prophète Mahomet. Cependant, a-t-il ajouté, «cela ne justifie en aucune façon les appels à la violence ou des attaques contre des citoyens ou des institutions ».

Il s’est déclaré «très reconnaissant » que des voix influentes de l’islam se soient élevés pour s’opposer à la violence.

Le président du Conseil des musulmans d’Allemagne, Nadeem Elyas, a demandé plus de respect et de compréhension pour les croyants.

Dans un entretien au quotidien Die Welt dimanche, M. Elyas a salué le principe d’inaliénabilité de la dignité humaine mais s’est demandé «pourquoi beaucoup de démocrates ignorent que la foi de leurs prochains fait partie de leur dignité? ».

Samedi, la chancelière allemande Angela Merkel avait condamné devant la même conférence les actions violentes de musulmans, estimant que «la légitimation du recours à la violence est inacceptable ».

Sur le même sujet