Scandale autour de photos de Miss France 2008

Miss France 2008 a aussitôt réagi aux propos de Geneviève de Fontenay qui a demandé vendredi sa démission après la parution le matin même de photographies dans Entrevue qualifiées de "trash" par le magazine. Valérie Bègue, actuellement à la Réunion, refuse de démissionner pour des clichés "volés".

Scandale autour de photos de Miss France 2008
©AP
AP

Miss France 2008 a aussitôt réagi aux propos de Geneviève de Fontenay qui a demandé vendredi sa démission après la parution le matin même de photographies dans Entrevue qualifiées de "trash" par le magazine. Valérie Bègue, actuellement à la Réunion, refuse de démissionner pour des clichés "volés".

Geneviève de Fontenay a demandé la démission de la nouvelle Miss France 2008 sur Europe 1 peu après 13h, à la suite de la publication de photos de la jeune femme réunionnaise dans des poses provocantes. Le magazine a titré "Contre-enquête à La Réunion. Les photos trash". Valérie Bègue y apparaît notamment en maillot de bain, allongée dans une piscine sur un crucifix ou faisant semblant sur une autre photo de lécher le contenu d'un laitage renversé sur une pierre. Miss France 2008 est intervenue aussitôt après Geneviève de Fontenay sur les ondes réunionnaises. "Je ne démissionnerai pas", a-t-elle déclaré. "Ces photos ont été réalisées il y a trois, quatre ans pour des essais. Elles n'étaient pas censées être publiées. Je m'y étais opposée. Ce sont des photos personnelles qui ont été volées et publiées".

Ces photos avaient été prises pour la marque de vêtements Pardon. Geneviève de Fontenay a réagi vivement: "C'est inadmissible", a-t-elle jugé. "Elle doit démissionner immédiatement, sinon on la fera partir". La présidente du Comité Miss France a ajouté: "Elle est à La Réunion. Eh bien, qu'elle y reste".

Geneviève de Fontenay a dit vouloir proposer une remplaçante parmi les dauphines dans les jours qui viennent. Valérie Bègue, 22 ans, avait fait une arrivée triomphale dans son île natale jeudi matin après avoir été élue Miss France le 8 décembre dernier. A La Réunion, un comité de soutien s'organise.