Présence américaine de plus en plus contestée

Le gouvernement afghan a annoncé lundi qu'il souhaitait renégocier les termes de la présence des forces internationales en Afghanistan, après une série de frappes aériennes meurtrières de la coalition sous commandement américain, dont la dernière a tué 90 civils selon Kaboul.

Présence américaine de plus en plus contestée
©AP
(AFP)

Le gouvernement afghan a annoncé lundi qu'il souhaitait renégocier les termes de la présence des forces internationales en Afghanistan, après une série de frappes aériennes meurtrières de la coalition sous commandement américain, dont la dernière a tué 90 civils selon Kaboul.

Les principaux responsables afghans, le président Hamid Karzaï en tête, lancent depuis des mois des appels à la prudence aux forces internationales, prévenant que de telles bavures risquent de retourner la population contre les soldats étrangers et le gouvernement. Pour leur part, les forces internationales assurent tout mettre en oeuvre pour diminuer la possibilité de dommages collatéraux, mais la poursuite des bombardements meurtriers ces derniers mois a visiblement exaspéré le gouvernement afghan.

Dans une résolution adoptée lundi au nom de la "souveraineté de l'Afghanistan", le conseil des ministres mandate les ministres de la Défense et des Affaires étrangères pour "ouvrir des négociations avec les forces internationales", selon un communiqué du gouvernement. Il s'agit de "renégocier les termes de la présence de la communauté internationale en Afghanistan", d'"établir les limites et les responsabilités des forces internationales conformément aux lois afghanes et internationales" et de "mettre un terme aux frappes aériennes visant des cibles civiles, aux perquisitions et aux détentions illégales de citoyens afghans".

Vendredi, plus de 90 civils - principalement des femmes et des enfants - ont été tués dans un bombardement près du village d'Azizabad, dans le district isolé de Shindand, où les insurgés sont très présents, à quelque 120 km d'Herat, la grande ville de l'ouest du pays, selon une commission d'enquête présidentielle afghane.

Le Conseil de sécurité des Nations unies vote tous les ans la prolongation du mandat de l'Isaf, qui expire en octobre prochain. Les Etats-Unis et l'Afghanistan ont signé en mai 2005 des accords bilatéraux concernant l'Opération "Enduring Freedom", à visée antiterroriste, dans le cadre d'une "déclaration de partenariat stratégique".

La volonté des autorités afghanes de renégocier les termes de la présence internationale survient alors qu'en Irak, sur l'autre front de la "guerre contre la terreur" lancée par les Etats-Unis, le premier ministre Nouri al Maliki a cru pouvoir annoncer un accord avec les Etats-Unis prévoyant la fin de toute présence militaire étrangère en Irak d'ici à la fin 2011. Mais Washington a démenti l'adoption du texte définitif.

Robert Wood, porte-parole du département d'Etat, a reconnu l'existence d'un projet d'accord mais en soulignant qu'il devait encore franchir de nombreux obstacles au sein des instances irakiennes avant d'être adopté.