Barroso prend ses distances avec Sarkozy

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a pris mardi ses distances avec l'idée française d'un gouvernement économique de la zone euro, en estimant qu'il ne fallait pas que cela restreigne l'indépendance de la Banque centrale européenne (BCE).

Barroso prend ses distances avec Sarkozy
©BELGA
AFP

"A la Commission, nous sommes pour un renforcement de tous les mécanismes de coordination des politiques économiques des Etats européens", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse au Parlement européen de Strasbourg, aux côtés du chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy.

"En même temps, il ne faut pas créer l'illusion très dangereuse que (l'idée) serait de donner des instructions à la Banque centrale", a-t-il ajouté, car il est important de "ne pas mettre en cause l'indépendance de la Banque centrale".

Tirant les leçons de la crise financière, M. Sarkozy avait auparavant plaidé avec force devant le Parlement européen pour la création d'un véritable gouvernement économique de la zone euro, au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement, en complément de la Banque centrale européenne.

Les réunions de la zone euro ne se déroulent jusqu'ici, chaque mois, qu'au niveau des ministres des Finances.

M. Sarkozy a évoqué lors de la conférence de presse la possibilité de nouvelles réunions des chefs d'Etat de la zone euro à l'avenir, après celle, sans précédent, du 12 octobre à Paris qui a permis de mettre au point un plan européen coordonné de sauvetage des banques.

Il a également indiqué que ce nouveau forum pourrait avoir un président en la personne du Premier ministre et ministre des Finances luxembourgeois Jean-Claude Juncker, qui dirige déjà le forum des ministres des Finances de la zone euro.

Dans le passé, l'Allemagne n'a pas caché ses réticences à l'égard d'un gouvernement économique de la zone euro, car elle y voit une tentative française de faire de l'ombre à la BCE et à son indépendance.

Sur le même sujet