Au Bhoutan, le jeune roi contre la mondialisation

Le petit royaume bouddhiste himalayen du Bhoutan a couronné jeudi un souverain de 28 ans diplômé d’Oxford, Jigme Khesar Namgyel Wangchuck, plus jeune roi au monde. Ce passage de flambeau consacre un processus de modernisation et d’ouverture lancé par son père, Jigme Singye Wangchuck, qui avait abdiqué fin 2006 après avoir inventé l’indicateur économique du "Bonheur national brut" préféré au "Produit national brut".

Au Bhoutan, le jeune roi contre la mondialisation
© EPA
AFP

Le petit royaume bouddhiste himalayen du Bhoutan a couronné jeudi un souverain de 28 ans diplômé d’Oxford, Jigme Khesar Namgyel Wangchuck, plus jeune roi au monde. Ce passage de flambeau consacre un processus de modernisation et d’ouverture lancé par son père, Jigme Singye Wangchuck, qui avait abdiqué fin 2006 après avoir inventé l’indicateur économique du "Bonheur national brut" préféré au "Produit national brut".

Le nouveau roi du Bhoutan s'est engagé vendredi à protéger la culture, les traditions et la souveraineté de son petit royaume bouddhiste coincé entre l'Inde et la Chine et de plus en plus ouvert à la mondialisation.

"Ma plus grande inquiétude est qu'au moment où le monde change nous perdions ces valeurs fondamentales sur lesquelles se fonde notre identité en tant que nation et peuple", a déclaré Jigme Khesar Namgyel Wangchuck devant 30.000 personnes réunies dans le stade de la capitale bhoutanaise Thimphou.

Agé de 28 ans et diplômé d'Oxford, le plus jeune souverain du monde, couronné lors d'une fastueuse cérémonie jeudi, aura la lourde tâche de poursuivre la démocratisation et le développement de cette monarchie parlementaire, tout en préservant sa forte identité nationale.

Son sacre consacre un processus de modernisation et d'ouverture à la mondialisation lancé par son père, Jigme Singye Wangchuck, qui avait abdiqué fin 2006 après avoir inventé dans les années 1970 l'indicateur économique du "Bonheur national brut" préféré au "Produit national brut".

Cette philosophie se fonde sur la recherche d'une croissance économique "responsable" et respectueuse de l'environnement. "Nous devons toujours nous rappeler que (...) dans ce monde qui change si vite, si nous n'avons ni paix, ni sécurité, ni bonheur, nous n'avons rien! C'est l'essence du "Bonheur national brut". Nous devons assurer la paix et le bonheur de notre peuple autant que la sécurité et la souveraineté de notre nation", a proclamé le roi.

Le cinquième "Roi Dragon" à la tête de la "Terre du Dragon-Tonnerre" hérite d'un des pays les plus mystérieux de la planète, enclavé entre la Chine et l'Inde, dernière née des démocraties du monde grâce à ses premières élections législatives au printemps.

Longtemps isolationniste et jamais colonisé, le Bhoutan, grand comme la Suisse et peuplé de 670.000 âmes, est resté des siècles inconnu des Occidentaux, à l'exception de jésuites et d'émissaires britanniques du XVIIe au XIXe siècles. Il ne s'est réellement ouvert au monde que dans les années 1970.