Une décision vendredi sur l'envoi de troupes au Congo

Le gouvernement se prononcera vendredi sur l'envoi éventuel de troupes en République démocratique du Congo ainsi que sur la participation de la Belgique au renforcement de la MONUC, a-t-on précisé au cabinet du premier ministre Yves Leterme. De Gucht, une mission européenne "pas possible" Les paras seuls capables d’aller à Goma

BELGA
Une décision vendredi sur l'envoi de troupes au Congo
©EPA

Il a toujours était convenu que la décision fera l'objet d'un débat au parlement. Jusqu'à présent rien de précis n'est prévu à ce sujet.

Le "patron" de l'armée belge, le général August Van Daele, rentrera mercredi prématurément d'une visite au Bénin pour participer aux préparatifs d'une éventuelle intervention militaire dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Le chef de la Défense (CHOD) effectue une visite au Bénin, un pays d'Afrique de l'Ouest avec lequel la Belgique entretient depuis près de dix ans une intense coopération militaire. Le général Van Daele va l'écourter et rentrera mercredi soir -au lieu de vendredi soir- de Cotonou. Ce retour précipité est lié au possible envoi de troupes belges au Nord-Kivu (est de la RDC), a-t-on indiqué de bonnes sources.

La Belgique est saisie de deux demandes des Nations Unies. L'une consiste à participer au renforcement de la MONUC décidée par l'Assemblée générale. Celle-ci a en effet décidé d'envoyer 3.000 hommes supplémentaires dans l'est du Congo. La Belgique pourrait participer à ce renforcement avec du matériel de transport et une aide en matière de renseignement. L'autre demande consiste en la participation à une force de jonction (Bridging Operation), le temps que s'opère le renforcement de 3.000 hommes prévu, ce qui devrait prendre de 3 à 4 mois. Le secrétaire général Ban Ki-moon a demandé une réponse sur cette dernière demande pour le 5 décembre.

L'envoi de troupes belges dans l'est du Congo reste délicat et contraire à une des recommandations de la Commission Rwanda mise en place après la mort des 10 casques bleus belges à Kigali lors du déclenchement du génocide rwandais. Le gouvernement a toujours dit qu'il ne prendrait pas de décision sans consulter le parlement.

Rien de précis n'est encore prévu à ce sujet si ce n'est un débat d'actualité annoncé par le Sénat pour sa séance plénière jeudi. A la Chambre, le point sera abordé lors de la Conférence des présidents prévue jeudi midi. Il se pourrait que le débat ait lieu en séance plénière jeudi après-midi.