Gaza: Manifestations en Europe contre Israël

Des milliers de personnes manifestaient à nouveau samedi contre l'offensive israélienne dans la bande de Gaza dans plusieurs villes d'Europe, dont Londres et Paris où un imposant dispositif de sécurité a été mis en place par crainte de débordements.

AFP

Des milliers de personnes manifestaient à nouveau samedi contre l'offensive israélienne dans la bande de Gaza dans plusieurs villes d'Europe, dont Londres et Paris où un imposant dispositif de sécurité a été mis en place par crainte de débordements.

A Londres, en début d'après-midi, la police estimait à à 12.000 le nombre de manifestants. Selon les organisateurs, ils étaient près de 100.000 rassemblés près de Hyde Park, dans le centre de la capitale, pour manifester leur soutien aux Palestiniens de Gaza.

A l'appel de la coalition pacifiste Stop The War et les organisations Campagne pour la Palestine et Initiative des musulmans britanniques (BMI), ils devaient ensuite se diriger vers l'ambassade israélienne. "J'espère que nous réussirons deux choses: l'une est de dire au gouvernement (britannique) que beaucoup de gens se sentent concernés, et dire à Israël que le reste du monde sait ce qu'il se passe", a déclaré à la BBC le chanteur Brian Eno.

De son côté, l'ancien maire travailliste de Londres Ken Livingstone a déclaré dans un communiqué que "le gouvernement britannique et l'Union européenne ont les leviers économiques pour arrêter ce carnage".

A Paris, plusieurs milliers de personnes ont commencé à manifester en milieu d'après-midi aux cris d'"Israël assassin" et "Halte au massacre". De 20.000 à 30.000 personnes étaient attendues à cette manifestation placée sous haute surveillance pour éviter les incidents (pillages, voitures brûlées, actes de vandalisme) qui avaient éclaté après la marche de samedi dernier, qui avait réuni 21.000 personnes.

Quelque 3.800 policiers et gendarmes ont été mobilisés contre 650 la semaine dernière. Plus de 80 manifestations étaient prévues samedi en France à l'appel du Collectif national pour une Paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, qui regroupe des associations, des partis de gauche et des syndicats.

Dans la matinée, de 1.600 (selon la police) à 4.000 (selon les organisateurs) manifestants ont défilé à Toulouse (sud-ouest), en scandant "Bush, Olmert, Livni, Barak assassins, Sarkozy complice" ou encore "Etat d'Israël, Etat criminel". En Allemagne, quelque 10.000 personnes, en majorité issues de la communauté turque, ont manifesté à la mi-journée à Duisbourg (ouest), selon la police. Une autre marche était prévue à Berlin.

En Grèce, ils ont été plus de 2.000 à défiler dans la matinée dans les rues d'Athènes et Salonique (nord) aux cris de "liberté à la Palestine" et "Non aux massacres et aux blocus". A Budapest environ un millier de personnes ont défilé brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Arrêtez le massacre d'Israël à Gaza", ou "Dites non à la souffrance des innocents!"

Par ailleurs, les Premières dames de huit pays musulmans --notamment la reine Rania de Jordanie, Asma al-Assad, l'épouse du chef de l'Etat syrien, Aicha Khadafi, la fille du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi et Wafa Sleimane, l'épouse du président libanais-- ont dénoncé à l'occasion d'une réunion à Istanbul l'offensive israélienne dans la bande de Gaza.

Vendredi, des dizaines de milliers de personnes étaient descendues dans les rues pour protester contre l'offensive israélienne qui a fait près de 800 morts palestiniens, notamment au Moyen-Orient où la manifestation la plus importante - 50.000 personnes-- s'est déroulée à Alexandrie (Egypte). A Alger, 63 personnes dont 23 policiers ont blessés lors de heurts imputés, par le ministère de l'Intérieur, à des "trublions" qui s'étaient "infiltrés" dans ces marches. Des magasins ont été pillés et des voitures saccagées, a ajouté le ministère.

En Belgique également, des vitrines ont été brisées à Liège (est) à l'issue d'un défilé d'un millier de personnes vendredi.

plus de 10.000 manifestants dans les pays nordiques, incidents à Oslo

Plus de 10.000 personnes ont manifesté dans les pays nordiques samedi pour protester contre l'offensive israélienne à Gaza, la mobilisation la plus importante en Scandinavie depuis le début du conflit, a-t-on appris de sources policières. Des incidents ont émaillé la manifestation à Oslo, qui a rassemblé 2.000 personnes, avec des tirs de feux d'artifice et des jets de pierre, qui ont fait deux blessés. La police a répondu en dispersant la manifestation à l'aide de gaz lacrymogènes. "A la suite de débordements, nous avons décidé d'utiliser des gaz lacrymogènes pour disperser les fauteurs de troubles", a déclaré Unni Groendal, une porte-parole de la police d'Oslo. "Jusqu'à présent, nous avons procédé à deux arrestations".

Des dégradations ont également été commises à Copenhague, en marge d'une manifestation. A Stockholm, entre 4.000 et 5.000 personnes se sont rassemblées dans le centre-ville avant de se rendre devant l'ambassade israélienne, à l'appel de la principale communauté musulmane du pays et d'associations pro-palestiniennes, avec le soutien de partis de gauche suédois.

La dirigeante du parti social-démocrate, Mona Sahlin, s'est jointe au rassemblement, a-t-on appris auprès de son entourage et de manifestants, avant de participer à une autre manifestation de soutien, organisée cette fois-ci par des ONG, dans une église.

Le cortège a traversé la capitale suédoise, sous les harangues "Stop au massacre", "Fermez l'ambassade" ou encore "Boycottez Israël, longue vie à la Palestine", avant de se masser jusque contre les portes de la représentation de l'Etat hébreu, selon un journaliste de l'AFP. Des manifestations ont également eu lieu dans les principales villes du pays, notamment à Malmö (sud), où se sont rassemblées plus de 1.000 personnes, selon la police.

Au Danemark, l'Alliance pro-sioniste danoise a rassemblé entre 300 et 400 personnes sur la place de l'Hôtel de ville de Copenhague, malgré la présence de contre-manifestants, pour soutenir le droit d'Israël à se défendre, selon les organisateurs. "Nous souhaitons la paix, et nous regrettons vivement la mort de civils. Mais nous voulons dire que c'est le Hamas qui est responsable, parce qu'il utilise des civils comme boucliers humains", a déclaré Max Meyer, président de l'association.

Selon la police, le petit groupe de contre-manifestants, composé d'une cinquantaine de personnes, s'est alors déplacé vers le quartier de Noerrebro, où ils ont tiré un feu d'artifice contre un restaurant et brisé les vitres de plusieurs voitures.


Plusieurs interpellations après une manifestation à Charleroi Une manifestation pro-palestinienne a donné lieu à quelques débordements samedi après-midi, dans le quartier de la Ville-Haute, à Charleroi. La police locale a dû procéder à plusieurs interpellations. Plusieurs centaines de manifestants se sont tout d'abord réunis en arborant des banderoles sur la place Charles II. Une délégation a remis un texte de protestation destiné au bourgmestre Jean-Jacques Viseur. Cette partie de la manifestation s'est déroulée sans incident. Par contre, au moment de la dislocation, plusieurs dizaines de jeunes, dont certains avaient le visage masqué, ont dévalé la rue de la Montagne proche, en menaçant de s'en prendre à des vitrines mais sans y parvenir. La police avait prévu de s'équiper d'auto-pompes mais ces dernières n'ont pas dû intervenir. La manifestation était également survolée par un hélicoptère de la police fédérale. La police locale a procédé à quelques interpellations qui pourraient donner lieu à une audition par le substitut de garde au parquet.

Sur le même sujet