ONU: Protéger les civils est "un test pour notre humanité"

La situation dans la bande de Gaza constitue un "test pour notre humanité", a estimé mardi un responsable de l'ONU en déplorant que les 1,5 million de civils palestiniens soient privés de protection depuis le début de l'offensive israélienne.

AFP

"C'est un test pour notre humanité et pour notre capacité à protéger 1,5 million de personnes" en vertu des Conventions de Genève, a déclaré à la presse le directeur des opérations à Gaza de l'Agence des Nations Unies pour les Palestiniens (Unrwa), John Ging.

Pour M. Ging, la bande de Gaza subit une véritable "crise pour la protection" des populations civiles n'ayant nulle part où se mettre à l'abri.

"Elles ne sont pas (protégées) chez elles, elles ne le sont pas dans nos locaux" car les combats font rage partout, a-t-il déploré au téléphone depuis Gaza.

Trois écoles de l'ONU dans la bande de Gaza ont été bombardées la semaine dernière par les forces israéliennes. Dans l'une, plus de 40 personnes qui y avaient trouvé refuge ont été tuées.

La "clé du problème" réside dans l'arrêt des combats, a poursuivi le responsable onusien. "Stoppez les combats pour que nous puissions prendre soin d'une population prise au piège, isolée", a-t-il insisté.

"Qu'il s'agisse d'un cessez-le-feu formel ou informel, peu nous importe!", a imploré M. Ging, qui a exprimé la "frustration croissante" de son organisation devant l'absence de conséquence des appels en ce sens de la communauté internationale.

M. Ging s'est en revanche déclaré satisfait des arrangements de sécurité mis en place avec l'armée israélienne pour éviter de nouveaux incidents. En fin de semaine dernière, un convoi de l'Unrwa avait essuyé des tirs israéliens, causant la mort d'un employé et entraînant la suspension temporaire de ses opérations.

"Nous avons désormais mis en place un mécanisme qui fonctionne" pour coordonner l'acheminement de l'aide sans nouvel incident, a relevé M. Ging.

Des combats ont fait rage dans la nuit de lundi à mardi entre combattants palestiniens et blindés de l'armée israélienne qui, soutenus par l'aviation, ont effectué des incursions dans trois quartiers de Gaza-ville, au 18e jour d'une offensive ayant fait plus de 900 morts.


Le débat devenant trop houleux, la rédaction web a décidé de fermer les commentaires sur les articles consacrés au Proche-Orient. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des racistes et des antisémites. Les médias en ligne sont considérés comme des éditeurs et peuvent en effet être tenus responsables des propos racistes, antisémites ou diffamatoires de certains internautes.

Sur le même sujet