Un appel solennel du Grand Orient

Le fait est exceptionnel en Belgique, contrairement à la France où les obédiences se mêlent souvent aux grands débats citoyens.

Christian Laporte

Le fait est exceptionnel en Belgique, contrairement à la France où les obédiences se mêlent souvent aux grands débats citoyens. Inquiet des dérives possibles de la conférence de Genève, le Grand Orient de Belgique, le principal courant maçonnique chez nous avec près de 10 000 membres a tenu publiquement à "réaffirmer les Droits de l’homme comme socle intangible et universel de la dignité hu maine" . Citant Stéphane Hessel, le dernier rédacteur survivant de la Déclaration universelle de l’Onu de 1948, le GOB souligne que "les Droits de l’homme ne sont pas un catalogue acquis mais un programme offert aux Etats. Il faut donc, sans relâche en réaffirmer l’intégrité, l’universalité et l’intangibilité, sans exclure la discussion sur de nouveaux droits à conquérir" . Et le GOB de "demander avec force à tous les participants à la conférence de Durban II le respect intégral des droits humains" . Les maçons belges rappellent aussi que la Belgique n’est pas la dernière à s’engager dans la bonne voie et soulignent "la qualité et les avancées contenues dans les travaux du Sénat et, plus particulièrement dans le texte de la résolution adoptée le 18 février dernier" . Un texte complété par la lutte contre le négationnisme et le droit de critiquer toute religion de manière équivalente tout en soulignant la liberté de culte.

Cette prise de position s’inscrit dans la volonté du Grand Orient de communiquer davantage dans la foulée de l’interview accordée par son ex-Grand Maître à "La Libre" en octobre 2007 et de sa présence à la Foire du livre. Ce mercredi 29 avril, à 20 heures, dans le cadre de la Chaire Verhaegen, le Grand Maître actuel, Bertrand Fondu dialoguera à ce sujet au Janson à l’ULB sur les enjeux entre la franc-maçonnerie et la communication.