"La réponse à Ahmadinejad"

Les participants à la Conférence de l’Onu dite de "Durban II" ont adopté dès mardi une Déclaration finale sur le racisme, en réponse au scandale provoqué la veille par les attaques contre Israël du président iranien Mahmoud Ahmadinejad. "Il était facile d’unir l’Union européenne" Vers notre galerie photos

"La réponse à Ahmadinejad"
©EPA

Les participants à la Conférence de l’Onu dite de "Durban II" ont adopté dès mardi une Déclaration finale sur le racisme, en réponse au scandale provoqué la veille par les attaques contre Israël du président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

Le projet de Déclaration finale a été adopté par acclamation mardi au lieu de vendredi, dernier jour de la Conférence devant assurer le suivi de celle organisée à Durban, en Afrique du Sud, en 2001.

La Haut commissaire de l’Onu pour les droits de l’homme Navy Pillay a estimé que cette adoption constituait la "réponse" de l’Onu aux diatribes antisémites du Président iranien. "Le fait que le document ait été adopté par tous les Etats sauf neuf est notre réponse, que j’appelle un succès", a-t-elle expliqué. Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a abondé dans le même sens : "Le texte a été adopté, donc il (M. Ahmadinejad, NdlR) a échoué."

L’Onu a multiplié les efforts mardi pour tenter de recoller les morceaux après la première journée désastreuse et a insisté sur l’importance de l’adoption d’un texte qui avait obtenu un large consensus lors de la dernière réunion préparatoire vendredi. Au final, le texte adopté a été nettoyé de tous les sujets de discorde.

En particulier, les mentions d’Israël et de diffamation des religions, considérées comme des "lignes rouges" par les Occidentaux, en ont été retirées tandis que le paragraphe sur la mémoire de l’Holocauste était maintenu, contre l’avis de l’Iran. Il réaffirme également la Déclaration et Programme d’action de Durban (DDPA) de 2001. (AFP)

Sur le même sujet