Pakistan: les négociations de paix sont suspendues

Les pourparlers entre talibans et gouvernement dans la vallée de Swat, dans le nord-ouest du Pakistan, ont été suspendus jusqu'à ce que l'armée cesse une offensive lancée dimanche, a annoncé lundi le porte-parole du religieux qui avait négocié un cessez-le-feu en février.<

AFP
Pakistan: les négociations de paix sont suspendues
©EPA

Les pourparlers entre talibans et gouvernement dans la vallée de Swat, dans le nord-ouest du Pakistan, ont été suspendus jusqu'à ce que l'armée cesse une offensive lancée dimanche, a annoncé lundi le porte-parole du religieux qui avait négocié un cessez-le-feu en février.

"Notre choura (conseil des chefs) s'est réunie à Dir dimanche soir et a décidé de suspendre les négociations de paix avec le gouvernement dans la Province de la Frontière du Nord-Ouest (NWFP)", a déclaré à l'AFP au téléphone Ameer Izzat, porte-parole du leader religieux pro-taliban Soofi Mohammad. Ce dernier avait négocié en février un accord de cessez-le-feu en échange de l'instauration de tribunaux islamiques dans la vallée de Swat.

"Cependant, nous adhérons encore à l'accord conclu en février", a ajouté le porte-parole. L'armée pakistanaise a indiqué dimanche avoir lancé une offensive contre les talibans dans le nord-ouest du pays, à 75 km à l'ouest de Swat.

Les combats dans lesquels de nombreux talibans et un soldat pakistanais ont été tués, selon l'armée, se sont déroulés à Lower Dir, l'un des sept districts de Malakand où les autorités pakistanaises ont conclu un accord pour l'application de la charia afin de mettre fin aux attaques menées par les talibans dans la vallée de Swat.

Selon l'armée, de "nombreux" insurgés ont été tués dans les combats, qui faisaient suite à une embuscade dans laquelle un soldat a été tué. Le Pakistan est soumis à de fortes pressions occidentales pour annuler l'accord de février qui a eu pour conséquence de permettre aux talibans d'accroître leur influence dans la région.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a lancé une mise en garde la semaine dernière en affirmant que le Pakistan "avait pratiquement abdiqué devant les talibans et les extrémistes" tandis que le secrétaire à la Défense, Robert Gates, a appelé les leaders pakistanais à prendre des mesures.