La grippe détectée dans 21 pays, l'OMS reste prudente

Le Mexique s'est montré confiant de pouvoir maîtriser l'épidémie de grippe porcine, détectée dans 21 pays, mais l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a appelé ses membres à ne pas baisser la garde.

AFP

Aux Etats-Unis aussi, les autorités se sont montrées prudemment optimistes, tout en mettant en garde contre une seconde vague du virus à l'automne sous une forme plus virulente. La Maison Blanche a dit lundi rester "vigilante" malgré les signes indiquant que le virus pourrait ne pas être aussi meurtrier que redouté. Malgré ces nouvelles rassurantes, l'épidémie continue de se propager, avec un premier cas annoncé lundi au Portugal et certains pays ont renforcé les mesures de protection. Le Canada a annoncé lundi son premier cas "grave" de grippe porcine humaine - une fillette qui se trouve aux soins intensifs dans un hôpital d'Edmonton (ouest) - alors que le nombre de personnes touchées par la maladie grimpait à 140 dans l'ensemble du pays.

La situation "reste très préoccupante", a déclaré le numéro deux de l'OMS, le Dr Keiji Fukuda. La Commission européenne a cependant recommandé d'écarter toute mesure injustifiée afin "d'éviter que la crise sanitaire ne devienne également une crise économique".

Le dernier bilan au Mexique, épicentre mondial du virus, a grimpé à 26 morts, en majorité des femmes, et à 776 malades, mais l'épidémie est en "phase de recul", selon le ministre de la Santé, José Angel Cordova. Le président mexicain Felipe Calderon a estimé lundi soir que son pays avait permis de sauver des milliers de vie en prenant la tête de la "bataille mondiale" contre le virus. Lundi, l'OMS a relevé à 1.085 le nombre total de cas de grippe porcine dans 21 pays. Le virus a fait 27 morts, dont un aux Etats-Unis. A Mexico, où l'activité économique est paralysée depuis plusieurs jours, le gouvernement a annoncé la réouverture progressive des commerces à partir de mercredi, une nouvelle accueillie avec soulagement dans cette mégapole de 20 millions d'habitants.

Le président Calderon a également annoncé que les cours, suspendus depuis plus d'une semaine, allaient reprendre à partir de jeudi dans les lycées et les universités, tandis que les écoles accueilleront les élèves lundi.

L'OMS a appelé toutefois à ne pas crier victoire trop tôt. La grippe porcine pourrait décliner avant de refaire surface avec une virulence sans précédent, a averti sa directrice générale, Margaret Chan. "Si cela se produisait, ce serait la pire des épidémies que le monde aurait à affronter au 21e siècle", a déclaré Mme Chan au Financial Times.

Aux Etats-Unis également, où la contamination s'est étendue, avec 286 cas dans 36 Etats, les autorités ont tenu des propos rassurants, tout en mettant en garde contre une combinaison du virus A/H1N1 avec celui de la grippe saisonnière à l'automne. Quelque 530 écoles sont fermées et 330.000 élèves privés de cours. "Nous constatons des signes encourageants", a déclaré Richard Besser, directeur des Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC), relevant que le virus n'avait "pas l'air jusqu'à présent plus sévère qu'une souche de grippe saisonnière". Celle-ci fait chaque année 36.000 morts aux Etats-Unis.

Pour la secrétaire à la Santé Kathleen Sebelius, "le danger serait que le virus revienne à l'automne (...) sous une forme plus virulente". Les Etats-Unis accélèrent la production du vaccin contre la grippe saisonnière et les spécialistes travaillent sur le H1N1 pour déterminer s'il convient de produire un vaccin contre ce nouveau virus.

Outre le Mexique et les Etats-Unis, le Canada et l'Espagne (57 cas) figurent parmi les pays les plus affectés. Un premier cas a été confirmé lundi au Portugal sur une femme, de retour du Mexique.

Les autres pays européens touchés sont l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, la France, l'Irlande, l'Italie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suisse. Le virus a également été détecté en Israël, à Hong Kong, en Corée du Sud, en Nouvelle-Zélande, au Costa Rica, en Colombie et au Salvador.

Neuf nouveaux cas ont été détectés au Royaume-Uni, dont sept contractés localement, soit 27 malades au total. Deux nouveaux cas ont été confirmés en France, portant le total à quatre, et un cinquième en Nouvelle-Zélande. Alors que le virus a été décelé sur un élevage porcin au Canada, l'Organisation de l'Onu pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a préconisé une "surveillance étroite" des porcs.

Certains pays ont renforcé les mesures pour contenir la propagation du virus. La Russie a étendu l'interdiction d'importation de viande aux produits provenant d'Espagne, du Canada et de la Caroline du Sud, aux Etats-Unis.

Ottawa a menacé lundi de porter plainte auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) si la Chine ne levait pas son embargo sur le porc provenant de la province d'Alberta (ouest).

Les autorités égyptiennes ont poursuivi lundi l'abattage du cheptel porcin, malgré les affrontements la veille au Caire entre des policiers et des éleveurs - des chrétiens coptes - qui réclament des indemnisations.

La Chine a placé une vingtaine de Canadiens en quarantaine, après avoir isolé 70 Mexicains, suscitant la colère des autorités du Mexique. Après la suspension des vols entre le Mexique et la Chine, les deux pays ont annoncé l'envoi d'avions spéciaux pour rapatrier leurs ressortissants.

L'Argentine, l'Equateur, le Pérou et Cuba ont restreint leurs liaisons aériennes avec le Mexique.

Des vols charters du Canada à destination des plages mexicaines ont été suspendus, mais les vols réguliers entre le Canada et le Mexique continuent normalement, a annoncé l'ambassade canadienne à Mexico.

On ne plaisante pas avec la grippe porcine: un journaliste d'une télévision tchèque a été licencié pour avoir diffusé sur son blog une video dans laquelle il grogne comme un cochon.

Sur le même sujet