L’accalmie avant la vengeance de la grippe ?

"Nous ne chantons pas victoire". Ce sont les mots - prudents - du président mexicain Felipe Calderon qui affichait toutefois un certain optimisme, dimanche, en annonçant être sur le point de surmonter l’épidémie de grippe A (H1N1). Ces autres virus silencieux qui tuent par millions La grippe détectée dans 21 pays, l'OMS reste prudente Mexico retrouve son souffle "On est davantage attentif qu’ inquiet"La pandémie en images

L’accalmie avant la vengeance de la grippe ?
©AP
L.D.

Nous ne chantons pas victoire". Ce sont les mots - prudents - du président mexicain Felipe Calderon qui affichait toutefois un certain optimisme, dimanche, en annonçant être sur le point de surmonter l’épidémie de grippe A (H1N1). "Si tout continue comme ça, nous pourrons reprendre nos activités au fur et à mesure, a-t-il déclaré, nous sommes en condition de surmonter cette situation d’urgence si délicate".

A priori, on pourrait, et plus encore, on voudrait penser que le pire de cette épidémie de grippe est passé, mais rien n’est moins sûr, à entendre les déclarations de la directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Se confiant à plusieurs médias, le Dr Margaret Chan s’est montré plus que circonspecte : "Si le taux de mortalité semble se stabiliser dans le monde, nous sommes dans une phase très précoce de cette maladie. Une seconde vague de virus pourrait frapper en apportant sa vengeance. [ ] Nous espérons que le virus disparaîtra car, si ce n’est pas le cas, nous allons tout droit vers une épidémie d’envergure. Je ne prédis pas l’apparition d’une pandémie, mais si je passe à côté et que nous ne sommes pas préparés, alors j’aurais failli à ma tâche. Je préfère qu’il y ait un excès de préparation plutôt que le contraire".

Quant à un éventuel passage au niveau maximal d’alerte, "le niveau 6 ne veut pas dire, absolument pas dire que nous nous approchions de la fin du monde", a tenu à préciser la directrice de l’OMS, consciente qu’une telle étape provoquerait "une vague de panique superflue".

En attendant, l’épidémie continue sa progression, avec certaines nouvelles peut-être plus inquiétantes que d’autres comme des transmissions locales. Ainsi des neuf nouveaux cas confirmés au Royaume-Uni, lundi, sept avaient été contractés dans le pays. Et toujours de ces neuf cas nouvellement recensés, sept concernaient des enfants. Pays le plus touché d’Europe, l’Espagne comptabilisait 54 cas confirmés lundi, soit dix de plus que la veille.

Alors que la Belgique n’avait toujours recensé aucun cas positif, lundi, un premier cas a été confirmé au Portugal. Les autres pays européens touchés sont l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, la France, l’Irlande, l’Italie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suisse. Outre bien sûr le Mexique, les Etats-Unis et le Canada, pays les plus touchés, le virus a également été détecté en Israël, à Hong Kong, en Corée du Sud, en Nouvelle-Zélande, au Costa Rica, en Colombie et au Salvador.

Au niveau mondial, les derniers bilans faisaient état de 27 morts au total, selon les déclarations des Etats touchés, la grippe A (H1N1) s’étant propagée à 21 pays. Pour sa part, l’OMS, qui n’envisageait pas lundi de passer au niveau d’alerte 6, chiffrait à 1025 le nombre total de cas confirmés, y compris les cas mortels.

Alors que certains pays ont décrété des embargos sur la viande de porc en provenance du Mexique, mais aussi d’autres pays touchés par le virus A (H1N1), la Commission européenne a recommandé lundi d’écarter toute mesure injustifiée contre cette maladie "pour éviter que la crise sanitaire ne devienne également une crise économique".


Epinglé: Revoir la listeL’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime indispensable de revoir la liste des épizooties à surveiller pour y inclure la grippe porcine en raison de ses implications pour la santé humaine. Cette grippe " passe en dessous du radar des autorités de santé animale " car elle est considérée comme " bénigne", a regretté le Dr Embarek, directeur pour la Sécurité des aliments à l’OMS. Contrairement à la grippe aviaire, la grippe porcine ne fait pas partie des maladies animales qui doivent être signalées aux autorités. L’apparition du virus mutant " va sûrement changer notre point de vue sur ce groupe de virus et il va falloir probablement revoir notre système de surveillance", a déclaré le Dr Embarek. Le chiffre3 Sangliers de Bagdad Les trois sangliers du zoo de Bagdad ont été abattus par mesure de précaution alors que le ministère irakien de la Santé avait assuré que ces animaux seraient épargnés.

Sur le même sujet