Grippe porcine: GSK prêt à fabriquer un vaccin

Le groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK) a annoncé vendredi qu'il était prêt à fabriquer un vaccin contre la grippe porcine.

AFP

Le groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK) a annoncé vendredi qu'il était prêt à fabriquer un vaccin contre la grippe porcine, n'attendant plus que la souche du virus, et qu'il avait reçu des demandes de différents pays européens, dont la Belgique, la France et le Royaume-Uni.

Dans un communiqué publié vendredi, GSK indique "avoir reçu des commandes de plusieurs gouvernements entendant faire des stocks par précaution" de ce prototype.

Le laboratoire espère pouvoir fabriquer le vaccin dans les quatre à six mois après que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) aura pu lui fournir la souche du virus. L'adjuvant AS03 utilisé pour ce vaccin préparé par GSK permet d'utiliser de très faibles doses d'antigène, multipliant ainsi le nombre de doses possibles. Des tests sur un prototype de vaccin contre la grippe aviaire (H5N1) utilisant cet adjuvant ont montré que le produit pouvait être efficace même en cas de mutation légère du virus.

Le laboratoire fait remarquer qu'un adjuvant peut aussi être ajouté à l'antigène au moment de l'administration du vaccin. Le nouveau candidat-vaccin devra être approuvé par les autorités. Cependant GSK a pris une longueur d'avance en faisant agréer par l'Agence européenne du médicament (EMEA) en 2008 les premiers éléments d'un vaccin contre le H5N1 auquel il ne manque que le virus.

Ce dossier devrait permettre un enregistrement plus rapide du vaccin contre la grippe porcine. GSK en discute actuellement avec les autorités européennes. Parmi les pays ayant fait des demandes plus ou moins fermes, le Royaume-Uni souhaite 60 millions de doses du vaccin avec adjuvant contre le H1N1, la France 50 millions de doses de vaccin, la Belgique 12,6 millions de doses, et le gouvernement Finlandais souhaite 5,3 millions de doses d'antigène, qu'il souhaite utiliser en conjonction avec les stocks existants d'adjuvant GSK dont il dispose.

GSK se dit prêt par ailleurs à fournir son adjuvant à d'autres laboratoires ou agences gouvernementales qui pourraient combiner celui-ci avec un antigène provenant d'une autre source. Le laboratoire s'est aussi engagé à convertir le don de 50 millions de doses de vaccin prépandémique contre le H5N1 qu'il comptait faire à l'OMS pour les pays en développement contre un nombre équivalent de doses du candidat-vaccin avec adjuvant contre le H1N1. Il fournira ensuite ce vaccin à ces pays à un prix réduit.

Sur le même sujet