Grippe H1N1: plus de 10.000 cas, 80 morts recensés dans le monde

La grippe porcine a officiellement contaminé 10.243 personnes dans 40 pays et fait 80 morts, a annoncé mercredi une porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Vers notre dossier spécial

Grippe H1N1: plus de 10.000 cas, 80 morts recensés dans le monde
©AP
AFP

"La majorité des nouveaux cas (+ 413 en une journée, NDLR) ont été recensés aux Etats-Unis et au Japon", a indiqué devant la presse Fadéla Chaïb, porte-parole de l'OMS. Le Japon, qui pourrait être le prochain foyer autonome de contamination en dehors du continent américain, compte désormais 210 cas formellement diagnostiqués, avec 51 nouveaux malades comptabilisés en 24 heures, selon l'OMS.

Le virus A(H1N1) d'origine a également contaminé 346 nouveaux patients aux Etats-Unis où ont été diagnostiqués formellement 5.469 cas, dont 6 décès, soit un mort supplémentaire. Les experts de l'OMS surveillent de particulièrement près la situation au Japon où l'apparition d'un foyer de contamination "autonome" justifierait de déclarer le monde en état de pandémie et d'élever le niveau d'alerte au niveau six maximum.

De nombreux pays, dont le Japon, ont cependant demandé à la directrice de l'OMS Margaret Chan d'y réfléchir à deux fois avant de déclarer le monde en état de pandémie. Le Dr Chan a promis de tenir compte de ces avis et maintient le niveau d'alerte 5 signalant qu'une pandémie est "imminente". Interrogée sur la rapide propagation du virus au Japon, la directrice de l'OMS a estimé mardi que les cas y sont relevés "pour la plupart à l'intérieur d'écoles ou de familles".

L'échelle d'alerte pandémique avait été élaborée "avec en tête le virus de la grippe aviaire H5N1, beaucoup plus virulent" avec un taux de mortalité allant jusqu'à 60%. Le nouveau virus A(H1N1), pour lequel il n'existe toujours pas de vaccin, pourrait cependant muter en une souche "beaucoup plus dangereuse", notamment s'il échange du matériel génétique avec le virus aviaire H5N1.

La directrice générale, Margaret Chan, a lancé lundi une ferme mise en garde devant l'Assemblée des 193 Etats membres de son organisation réunis pour la semaine à Genève. "Le virus nous a peut-être accordé un répit, mais nous ne savons pas pour combien de temps. Personne ne sait s'il ne s'agit pas du calme avant la tempête", a-t-elle prévenu.

Sur le même sujet