Cinq Belges dans les bateaux pour Gaza

Cinq ressortissants belges se trouvent dans la flottille pour Gaza qui a été attaquée ce matin par l'armée israélienne. Les Affaires étrangères belges sont sans nouvelles d'eux pour le moment. 300 personnes manifestent leur colère devant le ministère des Affaires étrangères à Bruxelles. Al-Qaïda impliqué Israël: les passagers de la flottille ont "déclenché les violences" L'avocate des deux Belges réclame une enquête de compétence universelle Réunion des ambassadeurs de l'UE et du Conseil de sécurité de l'ONULes réactionsRegardez les photos

Cinq Belges dans les bateaux pour Gaza
©EPA
Ch.Ly.

Cinq ressortissants belges se trouvent dans la flottille pour Gaza qui a été attaquée ce matin par l'armée israélienne. Les Affaires belges étrangères sont sans nouvelles d'eux pour le moment, vient de nous indiquer le porte-parole des Affaires étrangères Bart Ouvry. "Pour le moment, il n'y a ni bonne, ni mauvaise nouvelle", a-t-il dit. Les Belges sont quatre femmes - deux néerlandophones et deux francophones - ainsi qu'un caméraman travaillant pour la chaîne de télévision Al Jazeera. Il s'agit de Issam Zaatar".

Les femmes sont Kenza Isnasni, dont parents avaient été assassiné le 7 mai 2002 dans un meurtre raciste à Bruxelles, Fatima El Mourabiti, Inge Neefs et Griet Deknopper.

Par ailleurs, le ministre belge des Affaires étrangères Steven Vanackere a invité l'ambassadeur israélien en Belgique à venir cet après-midi aux Petits Carmes pour s'expliquer sur l'attaque israélienne et l'interroger sur le sort des ressortissants belges.

En direct (Source: AFP):

13H51 - "Usage excessif de la force" - Le président égyptien Hosni Moubarak a dénoncé "l'usage excessif de la force" par Israël contre la flottille humanitaire internationale en route vers Gaza, dans une déclaration écrite publiée au Caire.

13H49 - Appel - La chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, a déclaré avoir appelé le chef de la diplomatie israélienne Avigdor Lieberman, pour réclamer une enquête d'Israël.

13H40 - Raid "disproportionné" - L'intervention israélienne est "à première vue disproportionnée", a affirmé le porte-parole du gouvernement allemand Ulrich Wilhelm, qui a réclamé, comme l'UE, une enquête approfondie. Cette première réaction du gouvernement allemand est inhabituellement vive, Berlin, pour des raisons historiques, évitant le plus souvent de critiquer Israël.

13H31 - Convocations - L'Egypte a convoqué l'ambassadeur d'Israël au Caire pour lui faire part de sa "protestation". Les ambassadeurs d'Israël en Autriche, en Irlande et en Norvège ont aussi été convoqués.

13H30 - Netanyahu poursuit son voyage - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a décidé de poursuivre son voyage au Canada et aux Etats-Unis. Selon un journaliste de l'AFP, une grande confusion a régné à propos de la poursuite du voyage de M. Netanyahu. "Un officiel nous a d'abord dit de faire nos valises, puis d'y renoncer, car des consultations étaient en cours".

13H29 - "Civils endormis" - Les commandos israéliens "ont tiré directement sur la foule de civils endormis", a accusé le mouvement Free Gaza, organisateur de la "flottille de la liberté", dans un communiqué diffusé sur son site internet.

13H25 - Tirs - "Sous le couvert de l'obscurité, les commandos israéliens ont sauté d'hélicoptère sur le cargo turc Mavi Marmara et commencé à tirer au moment où ils ont touché le pont", selon des militants pro-palestiniens témoins de l'assaut israélien. Ces récits, recueillis grâce à d'ultimes communications téléphoniques avant que l'armada ne soit réduite au silence, contredisent la version des autorités israéliennes qui affirment que les violences ont été déclenchées par les activistes à bord de la flotille.

13H13 - Images "dévastatrices" - "Les images (du raid) vont faire le tour du monde. Elles sont plus dévastatrices pour ce pays (Israël) qu'une défaite militaire", a estimé le philosophe Bernard-Henri Lévy lors d'un face-à-face avec la ministre israélienne de la Culture Limor Livnat. BHL participe à un Forum sur la démocratie organisé par la France à Tel Aviv.

13H10 - "Crime odieux" - La Jordanie a qualifié l'assaut de la marine israélienne de "crime odieux" sans justification. "Prendre pour cible des civils est un crime odieux que la Jordanie condamne sévèrement. Il n'y a pas de justification pour Israël", a déclaré dans un communiqué le porte-parole du gouvernement Nabil Sharif.

13H00 - UE - Les ambassadeurs des 27 pays de l'Union européenne à Bruxelles ont prévu une réunion extraordinaire lundi après-midi pour faire le point .

12H55 - Explications demandées - Les ambassadeurs israéliens dans plusieurs pays européens ont été convoqués pour apporter des explications sur l'assaut. C'est le cas en Grèce, en Espagne, en Suède, au Danemark et en France. La Belgique a, elle, "invité'" l'ambassadeur à venir s'expliquer.

12H53 - Douleur - Le Vatican a exprimé sa "douleur et sa préoccupation", a déclaré à l'AFP le porte-parole, père Federico Lombardi.

12H52 - Ambassadeur - La Turquie a rappelé son ambassadeur en Israël, a annoncé le vice Premier ministre turc Bulent Arinc.

12H50 - "Choqué" - Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon s'est dit "choqué" à Kampala par l'assaut de l'armée israélienne. "Je condamne ces violences. (...) Il est vital qu'une enquête complète soit menée", a souligné le secrétaire général de l'ONU.

12H45 - Sarkozy - Le président Nicolas Sarkozy a condamné "l'usage disproportionné de la force", exigeant "toute la lumière sur cette tragédie", selon un communiqué de l'Elysée.

12H40 - La "flottille de la liberté" - Ce convoi de six bateaux affrétés par des organisations pro-palestiniennes devait acheminer environ 10.000 tonnes d'aide humanitaire à la bande de Gaza, dont de la nourriture, des vêtements, des maisons préfabriquées, des aires de jeux pour enfants, des fournitures scolaires... Plus de 700 personnes participaient à l'expédition, parmi lesquelles une majorité de membres d'ONG internationales, mais aussi des personnalités politiques et religieuses, des députés européens, des écrivains et des journalistes.

12H30 - Nouveau bilan - Dix-neuf passagers ont été tués et 36 blessés lundi lors de l'assaut donné par des commandos israéliens contre une flottille humanitaire internationale qui se rendait à Gaza, selon un nouveau bilan de la chaîne 10 de la télévision israélienne. Cinq soldats israéliens ont également été blessés.

Bilan révisé à 9 morts

L'assaut lundi par des commandos de la marine israélienne contre une flottille humanitaire internationale se rendant à Gaza a fait au moins neuf morts parmi les passagers, a indiqué une porte-parole militaire israélienne. Selon elle, le bilan antérieur de "plus de dix morts" donné par l'armée était fondé sur "des informations erronées". "Nous avons connaissance de neuf personnes tuées durant l'opération", a-t-elle déclaré à l'AFP sans préciser la nationalité des morts.

L'armée a aussi fait état de sept à dix soldats blessés, dont deux hospitalisés pour des blessures qualifiées de "sérieuses". Une certaine confusion avait entouré durant la journée le bilan des morts et des blessés dans les violences à bord du bateau turc Mavi Marmara, qui fait partie de la flottille.

Une ONG turque à Gaza, qui a participé au convoi naval, a de son côté parlé d'au moins 15 morts, pour la plupart des Turcs. Une télévision israélienne a fait état de 19 morts avant de ramener son bilan à 10 tués.

Les estimations sur le nombre des passagers blessés durant l'intervention israélienne varient de 20 à 30.

Les blessés ont été évacués dans quatre hôpitaux en Israël, mais la gravité de leurs blessures n'a pas été précisée.

Manifestation devant l'ambassade d'Israël à Bruxelles

Quelque 500 personnes ont manifesté lundi soir devant l'ambassade d'Israël à Bruxelles pour protester contre la prise d'assaut d'une flottille humanitaire qui faisait route vers Gaza la nuit dernière.

Répondant à l'appel de la Ligue arabe européenne, les manifestants ont scandé des slogans anti-israéliens et réclamé la levée immédiate du blocus des territoires palestiniens. Protégée par un imposant cordon policier, l'ambassade d'Israël a préféré fermer ses portes.

Cet article génère un nombre très important de commentaires qui doivent être tous revus en raison du sujet abordé. Il ne nous est matériellement pas possible d’assumer cette charge additionnelle. En conséquence, cet article ne sera pas ouvert aux commentaires. Veuillez nous en excuser. Merci de votre compréhension. La modération.


Manifestations en Jordanie, Egypte, Iran et au Liban Des milliers de personnes ont manifesté lundi en Jordanie, en Egypte, en Iran et au Liban pour protester contre l'assaut donné par la marine israélienne sur la flottille internationale en route vers la bande de Gaza, qui a fait plus de 10 morts parmi les passagers. Plus de 2.000 personnes ont brandi à Amman des drapeaux jordaniens et palestiniens et scandé "Mort à Israël" et "Pas de reddition" en réclamant la "Fin du blocus de Gaza". Ils ont également réclamé aux autorités jordaniennes la fermeture de l'ambassade d'Israël à Amman et l'expulsion de l'ambassadeur. Des milliers de Palestiniens ont également manifesté au Liban, dans les 12 camps de réfugiés, et à Beyrouth, pour dénoncer l'assaut. "Où est la communauté internationale ? Où sont les droits de l'Homme ? ", ont lancé des manifestants dans le camp d'Al-Bass (sud) où un appel à la grève générale a été lancé. Au Caire, quelque 70 personnes portant des drapeaux palestiniens se sont rassemblées devant le siège du ministère des Affaires étrangères. Les manifestants, parmi lesquels des députés et des responsables des Frères musulmans, ont réclamé la rupture des relations diplomatiques avec l'Etat hébreu et le renvoi de l'ambassadeur d'Israël. A Téhéran, quelque 100 personnes se sont réunies à l'extérieur des bureaux de l'ONU et protesté contre le raid, criant "Mort à Israël".

Sur le même sujet