Flottille pour Gaza: Al-Qaïda impliqué

L'ambassadeur d'Israël au Danemark, Arthur Avnon, a affirmé lundi que des rumeurs faisant état de liens entre la flottille pour Gaza et Al-Qaïda étaient à l'origine de l'intervention de l'armée israélienne contre contre les bateaux d'aide humanitaire internationale.

AFP
Flottille pour Gaza: Al-Qaïda impliqué
©EPA

"Avant que la flottille ne pénètre dans les eaux israéliennes, les rumeurs couraient que les organisateurs (de cette action) avaient des relations avec le réseau terroriste Al-Qaïda", a déclaré M. Avnon, dont les propos sont cités sur le site du groupe public de radio-télévision dr.dk. "Les personnes à bord n'étaient pas si innocentes (...) et je ne peux m'imaginer qu'un autre pays aurait réagi différemment", a déclaré le diplomate israélien. "Il y avait des armes à bord, nous ne pouvions donc pas naturellement laisser ces bateaux briser le blocus", a-t-il ajouté. "Nous avions estimé qu'il y avait des ennemis à bord. Nous n'avions pas d'autre choix (que d'engager cet assaut)", a-t-il également déclaré à la radio publique danoise Radioavisen.

Déplorant les pertes en vies humaines, il a défendu sur dr.dk "les soldats (israéliens) qui ont subi des violences lorsqu'ils sont montés à bord. L'un d'entre eux a été blessé au ventre et d'autres ont été blessés à coups de battes de base-ball".

Un porte-parole de l'armée israélienne a affirmé que deux pistolets avaient été découverts à bord des bateaux de la flottille et le chef d'état-major de l'armée israélienne, le général Gaby Ashkenazi, a mis en cause l'ONG turque "extrémiste IHH" pour ces violences.

Selon une chaîne de télévision israélienne, 19 passagers de la flottille ont été tués et 36 ont été blessés au cours de cet assaut. L'armée israélienne, elle, a fait état de 10 blessés dans ses rangs, dont deux grièvement.

Le diplomate israélien s'est exprimé avant sa convocation au ministère danois des Affaires étrangères pour s'expliquer sur cet assaut. "Les informations sur cette confrontation sont très préoccupantes. Nous devons obtenir une clarté totale sur ce qui s'est passé", a déclaré le chef de la diplomatie danoise, Lene Espersen.