Erreur de casting

Des militants du Forum social mondial ont lancé une campagne pour promouvoir la candidature d’un de ses fondateurs, le chanoine belge François Houtart, 85 ans, au prix Nobel de la paix, l’an prochain. DOSSIER: la diplomatie pour les nuls

Erreur de casting
©D.R.

Des militants du Forum social mondial ont lancé une campagne pour promouvoir la candidature d’un de ses fondateurs, le chanoine belge François Houtart, 85 ans, au prix Nobel de la paix, l’an prochain.

Ce couronnement, assurent-ils, aurait "une grande valeur pour une large partie des altermondialistes", desquels celui qu’on surnomma "le chanoine rouge" a toujours été solidaire. "Ces personnes se battent pour plus de justice, souvent au prix de leur liberté et parfois même de leur vie", explique un communiqué relayé par l’agence Belga.

On peut donc être altermondialiste et avoir la mémoire courte. Car, s’il ne fut pas vraiment "un des hommes les plus influents de notre époque", comme crut devoir l’écrire un jour une excellente consœur d’un quotidien concurrent, le petit-fils du comte Henri Carton de Wiart (qui fut brièvement Premier ministre sous Albert Ier), se fit néanmoins remarquer par un militantisme politique plutôt inattendu de la part d’un prêtre catholique et d’un professeur à l’UCL.

Sur le plan idéologique, l’homme était de ceux qui croyaient possible de concilier religion et marxisme (alors que la doctrine de Marx postule fondamentalement l’athéisme). Si cet égarement pouvait être sans grande conséquence tant qu’il restait théorique, l’aveuglement qu’il inspira dans la pratique ne le fut, quant à lui, en aucune façon. Il fut, pour tout dire, meurtrier.

Le chanoine Houtart se fit ainsi l’apologiste de la Chine maoïste, le défenseur des communismes vietnamien ou cubain, et le chantre du Cambodge des Khmers rouges. Or, combien "de personnes qui se battent pour plus de justice, au prix de leur liberté et de leur vie", la Révolution culturelle de Mao et le génocide de Pol Pot, pour ne citer que ces deux cataclysmes monstrueux, ont-ils brisées ou exterminées ?

On peut, dès lors, s’étonner qu’il se soit déjà trouvé des illuminés pour faire décerner au singulier chanoine, en novembre dernier, le prix Unesco Madanjeet Singh, doté de 100 000 dollars, "pour son engagement en faveur de la paix mondiale, du dialogue interculturel, des droits de l’homme et de la promotion de la tolérance".

On chercherait, en effet, vainement la marque d’un tel engagement dans le soutien que François Houtart prodigua aux gauchistes de tous bords. Comme on peinerait à trouver le reflet d’une action en faveur de la non-violence dans l’appui qu’il a également apporté au Hamas.