Dexia accusée de "complicité dans les crimes de guerre" commis par Israël

Le tribunal Russell sur la Palestine a accusé lundi plusieurs grands groupes, dont la banque belge Dexia, de "complicité dans les crimes de guerre" commis par Israël en occupant la Cisjordanie.

Dexia accusée de "complicité dans les crimes de guerre" commis par Israël
©BELGA
BELGA

Le tribunal Russell sur la Palestine a accusé lundi plusieurs grands groupes, dont la banque belge Dexia, de "complicité dans les crimes de guerre" commis par Israël en occupant la Cisjordanie.

Ce tribunal d'opinion a pour but de réaffirmer la primauté du droit international comme base de règlement du conflit israélo-palestinien. Il s'est réuni durant le week-end à Londres.

Selon la députée Eva Brems (Groen!), qui a assisté à la session sur le rôle des entreprises, le jury du tribunal a mis en évidence le fait que Dexia "faisait à la fois du bénéfice au prix de violations du droit international, mais les soutenait en intervenant en tant que financier".

Ce jury comprenait notamment la Nord-Irlandaise Mairead Corrigan Maguire, prix Nobel de la paix 1976. Le tribunal Russell incite des groupes à boycotter les entreprises violant le droit international et à les attaquer en justice.

Mme Brems a notamment cité l'exemple de produits fabriqués dans les territoires occupés, mais qui sont commercialisés avec une étiquette "Made in Israel-producten". "De cette manière, on fraude non seulement sur les droits de douane - Israël bénéficiant d'une exemption de droits, contrairement aux territoires palestiniens -, mais il devient beaucoup plus difficile pour le citoyen de savoir ce qu'il consomme", a expliqué l'élue écologiste.

Sur le même sujet