Affaire Bettencourt: la mère et la fille se réconcilient, la presse ironise

Françoise Bettencourt-Meyers s'est réconciliée avec sa mère Liliane Bettencourt, les deux femmes abandonnant toute poursuite judiciaire et décidant de la montée en puissance du gendre et des petits-enfants de la milliardaire dans la holding gérant leur fortune dans L'Oréal.

Affaire Bettencourt: la mère et la fille se réconcilient, la presse ironise
©AFP Internet

La mère et la fille Bettencourt "se sont rapprochées pour mettre un terme aux conflits qui ont perturbé leur vie familiale, ainsi qu'aux procédures engagées", ont-elles déclaré lundi dans un communiqué. Selon leur entourage, Françoise Bettencourt-Meyers, qui habite à Neuilly-sur-Seine en face de chez sa mère, lui a rendu visite à 16H00, suivie par ses deux fils, et en est repartie à 18H30.

Résultat de cette réconciliation spectaculaire, Jean-Pierre Meyers, mari de Françoise, et leurs deux enfants, Nicolas et Jean-Victor, vont jouer un rôle accru dans Tethys, holding possédant 31% du géant des cosmétiques L'Oréal, soit 14,5 milliards d'euros.

M. Meyers devient directeur général de Tethys et ses fils entrent au conseil de surveillance de cette holding dont Liliane Bettencourt conserve la présidence.

"L'idée est qu'il y ait une expression collective du rôle familial dans L'Oréal, d'où l'idée de Liliane de donner un rôle à sa fille, son gendre et ses petits-enfants", a expliqué Me Pascal Wilhelm, avocat de Liliane Bettencourt, estimant "normal que la génération suivante prenne ses responsabilités".

Pour Liliane Bettencourt, "la décision" de se réconcilier avec sa fille est "source d'espérance" et "correspond à mon souhait de voir la famille réunie".

"Nous allons ensemble pouvoir aller de l'avant. Pour notre bien commun, et pour L'Oréal qui fait tant partie de ma vie", écrit la femme la plus riche de France.

Le directeur général de L'Oréal, Jean-Paul Agon, s'est réjoui d'un "dénouement heureux" après trois ans de bataille entre la mère et la fille.

Parmi les dispositions "personnelles et confidentielles" de ce contrat familial, l'abandon par Mme Bettencourt-Meyers de toutes les poursuites judiciaires pour "abus de faiblesse" sur Liliane Bettencourt et qui visaient l'artiste François-Marie Banier, le gestionnaire de fortune Patrice de Maistre, et l'avocat fiscaliste Fabrice Goguel, ainsi que la demande de mise sous tutelle de Mme Bettencourt, 88 ans.

En échange, MM. Banier et Goguel se désisteront des plaintes qu'ils avaient déposées et M. de Maistre quittera son poste au 31 décembre. La demande de mise sous tutelle de Liliane Bettencourt devrait également s'éteindre alors que la fille avait tout fait pour que la justice reconnaisse l'état de vulnérabilité de sa mère, a précisé Me Wilhelm.

Trois semaines avant ce rebondissement dans le feuilleton Bettencourt, la Cour de cassation avait transféré le 17 novembre tout le dossier vers Bordeaux afin de garantir la "sérénité de la justice".

Toutefois l'information judiciaire regroupant quatre enquêtes préliminaires du procureur de Nanterre, Philippe Courroye, notamment le volet politique concernant l'ex-ministre du Travail, Eric Woerth, devrait être instruite à Bordeaux. Le conflit Bettencourt était sorti du cadre familial pour devenir une affaire politique lors de la révélation en juin d'enregistrements clandestins réalisés chez Liliane Bettencourt.