Assange se livre

La demande de libération sous caution de Julian Assange, fondateur de WikiLeaks a été rejetée mardi par la justice britannique. Assange, qui s’était livré à la police dans la matinée a été arrêté en Grande-Bretagne sur demande de la Suède. Un tribunal londonien a ordonné qu’il reste en détention jusqu’au 14 décembre, date de la prochaine audience.

Assange se livre
©AP

La demande de libération sous caution de Julian Assange, fondateur de WikiLeaks a été rejetée mardi par la justice britannique. Assange, qui s’était livré à la police dans la matinée a été arrêté en Grande-Bretagne sur demande de la Suède. Un tribunal londonien a ordonné qu’il reste en détention jusqu’au 14 décembre, date de la prochaine audience. Assange, dont le site a déclenché une tempête diplomatique en se procurant 250 000 télégrammes du département américain d’Etat, fait l’objet d’une demande d’extradition de la justice suédoise. Il est soupçonné d’avoir commis un viol et des violences sexuelles l’été dernier alors qu’il se trouvait en Suède. Julian Assange nie ces allégations. Le procureur suédois en charge de l’enquête a assuré qu’elle n’avait nullement l’intention d’extrader l’Australien vers les Etats-Unis une fois en Suède.

Le fondateur de WikiLeaks a affirmé que son site internet publiait "sans peur des faits" dans l’intérêt public, dans une tribune publiée mardi en Australie après son arrestation à Londres. Par ailleurs, un journaliste travaillant pour le site a assuré que WikiLeaks continuera à publier des télégrammes diplomatiques américains, malgré l’arrestation de Julian Assange.