Litvinenko: Moscou avait repéré les assassins mais Londres l'a dissuadé d'agir

La Russie a affirmé qu'elle avait repéré les assassins présumés de l'ex-agent russe Alexandre Litvinenko avant que celui-ci ne meure empoisonné à Londres en 2006 mais que les Britanniques l'avaient dissuadé d'agir, selon une note diplomatique américaine datée de la même année révélée par WikiLeaks.

Litvinenko: Moscou avait repéré les assassins mais Londres l'a dissuadé d'agir
©AP
AFP

La Russie a affirmé qu'elle avait repéré les assassins présumés de l'ex-agent russe Alexandre Litvinenko avant que celui-ci ne meure empoisonné à Londres en 2006 mais que les Britanniques l'avaient dissuadé d'agir, selon une note diplomatique américaine datée de la même année révélée par WikiLeaks.

Litvinenko, devenu opposant à Vladimir Poutine, alors président de la Russie, est mort d'un empoisonnement au polonium 210 dans un hôtel londonien en novembre 2006. La police britannique a accusé l'ex-agent du KGB Andreï Lougovoï du meurtre mais la Russie a refusé de l'extrader.

Une note diplomatique envoyée à Washington par l'ambassade des Etats-Unis à Paris en décembre 2006, publiée samedi par Le Guardian, rend compte d'un "dîner amical" réunissant l'ambassadeur des Etats-Unis pour le contre-terrorisme, Henry Crumpton, et le représentant spécial de la présidence russe Anatoli Safonov.

"Safonov a indiqué que les autorités russes à Londres avaient eu connaissance de la présence d'individus transportant des substances radioactives dans la ville et les avaient suivis mais que les Britanniques leur avaient dit qu'ils étaient sous contrôle avant que l'empoisonnement n'ait lieu", précise la note.

Le Guardian affirme avoir interrogé plusieurs personnes proches du dossier au sujet des déclarations de Safonov qui les ont qualifiées "d'invraisemblables". Safonov affirmait également que Moscou n'était pas impliqué dans le meurtre, comme le proclamait publiquement le gouvernement russe, mais sans donner aucune explication, selon la note diplomatique.