WikiLeaks: des pirates informatiques lancent une campagne d'affichage

Des pirates informatiques du groupe "Anonymous", déjà à l'origine d'attaques contre Visa et Mastercard, ont promis de lancer samedi une campagne d'affichage en soutien au fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, menacé de poursuites en Suède.

WikiLeaks: des pirates informatiques lancent une campagne d'affichage
©AFP Internet
AFP

Des pirates informatiques du groupe "Anonymous", déjà à l'origine d'attaques contre Visa et Mastercard, ont promis de lancer samedi une campagne d'affichage en soutien au fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, menacé de poursuites en Suède. "Operation Paperstorm" (Opération tempête de papiers) appelle les partisans de WikiLeaks à "imprimer un logo, un manifeste ou tout ce qui est visible ou fort" puis à l'afficher samedi dans les stations-service, les métros ou tout autre lieu public, explique un message diffusé sur le site twitter "AnonOps communications", utilisé par des pirates d'Anonymous.

"Il est temps de les frapper dans leur monde. Diffuser l'information à tous, dans tous les endroits", peut-on lire sur le message, qui présente également une vidéo montrant des affichettes sortant d'une imprimante d'ordinateur. Les feuilles de format A4 montrent un grand "Truth will out" ("La vérité sortira") écrit sur une photo de Julian Assange. Le fondateur de WikiLeaks est en liberté conditionnelle à Londres dans l'attente d'un jugement sur son éventuelle extradition vers la Suède, où il est recherché pour "agressions sexuelles".

Interrogé vendredi sur la BBC, Phill Midwinter, qui se décrit comme un membre actif d'Anonymous, a expliqué que le groupe cherchait ainsi à changer de tactique, après ses récentes attaques contre les sites de cartes de crédit américaines Visa et MasterCard, et la société de paiement PayPal, en réponse à leur décision de bloquer les versements à WikiLeaks. "Nous ne voulons pas ennuyer les utilisateurs de l'internet ou rendre leur vie plus difficile", a déclaré Phill Midwinter, précisant que "Paperstorm" faisait partie d'une "dizaine" d'initiatives visant à défendre WikiLeaks.

Sur le même sujet