Fusillade aux USA: l'élue démocrate "communique"

La parlementaire démocrate américaine abattue à bout portant samedi en Arizona (sud-ouest), provoquant une onde de choc aux Etats-Unis, pouvait "communiquer" avec ses médecins dimanche, alors que l'auteur de la fusillade devait être inculpé dans la journée.

AFP
Fusillade aux USA: l'élue démocrate "communique"
©AFP Internet

La parlementaire démocrate américaine abattue à bout portant samedi en Arizona (sud-ouest), provoquant une onde de choc aux Etats-Unis, pouvait "communiquer" avec ses médecins dimanche, alors que l'auteur de la fusillade devait être inculpé dans la journée. La fusillade, dans laquelle Gabrielle Giffords a été atteinte d'une balle à la tête, a fait six morts, parmi lesquels une fillette de 9 ans et un juge fédéral. Quatorze personnes ont également été blessées, plusieurs grièvement, selon un dernier bilan.

Le tireur, Jared Lee Loughner, âgé de 22 ans, a été arrêté sur les lieux et devait être inculpé dimanche, a annoncé le directeur du FBI, Robert Mueller. "Les accusations que nous devrions porter sont basées sur l'attaque contre la parlementaire, l'assassinat de son assistant et les violences à l'encontre d'autres de ses collaborateurs, ainsi que sur le meurtre du juge", a-t-il dit. Le patron de la police fédérale n'a pas exclu d'autres accusations ultérieurement et affirmé qu'"aucune information à ce stade ne laisse penser qu'une menace spécifique demeure" contre des parlementaires.

Michael Lemole, le neurochirurgien qui a opéré Mme Giffords, 40 ans, s'est dit "prudemment optimiste" sur son rétablissement mais sans vouloir spéculer sur les séquelles. Il a souligné que la balle n'avait pas traversé le centre du cerveau et que la représentante était "capable de communiquer" avec les médecins dimanche matin, "par le biais de commandes simples". "Cela nous encourage beaucoup. Nous continuons à parler d'état critique parce qu'un cerveau enflé peut se détériorer à tout moment", a-t-il ajouté.

La fusillade s'est déroulée lors d'un rassemblement politique sur le parking d'un supermarché à Tucson. Jared Lee Loughner a été arrêté sur les lieux. Originaire de Tucson, il avait des antécédents judiciaires, avait raté son entrée dans l'armée et été suspendu de son lycée l'an dernier, la direction exigeant une autorisation psychiatrique prouvant qu'il n'était pas dangereux. Dimanche matin, la police a diffusé la photographie d'un homme recherché comme témoin. Blanc aux cheveux bruns, âgé de 40 à 50 ans, portant un jean et une veste bleue, il n'est probablement pas lié au tireur, selon le FBI, mais son témoignage pourrait être précieux car il se trouvait "à proximité" de Gabrielle Giffords au moment du drame.

Selon un témoin, qui a contribué à immobiliser Jared Lee Loughner, le tireur avait l'intention de tuer d'autres personnes, car il avait deux recharges supplémentaires de munitions et un couteau dans ses poches. Sur sa page MySpace, Jared Lee Loughner tenait des propos vengeurs et incohérents, revendiquant l'introduction d'une nouvelle monnaie, critiquant l'illettrisme et le gouvernement. Sur YouTube, il citait "Le manifeste du parti communiste" de Marx et Engels, et "Mein Kampf" d'Adolf Hitler parmi ses livres préférés.

Samedi, Barack Obama, pour lequel Mme Giffords est une "amie", a dénoncé "une tragédie pour tout le pays". La Chambre des représentants, dont Mme Giffords est membre, a pour sa part annoncé la suspension la semaine prochaine de la session, ouverte il y a trois jours. Blonde, élégante, âgée de 40 ans, Gabrielle Giffords est l'épouse de l'astronaute Mark Kelly. Première femme juive élue par l'Arizona au Congrès en 2006, réélue en novembre après une campagne tendue dans un Etat plutôt marqué à droite, elle appartient à l'aile centriste du parti démocrate et est plutôt conservatrice en matière de fiscalité et d'immigration mais avait voté pour la réforme de la santé du président Obama.

Selon le shérif local Clarence Dupnik, la période électorale a été marquée par deux incidents visant Mme Giffords ou sa permanence, certains médias publiant des articles "au vitriol". Sans attendre de connaître les motifs du tireur, de nombreux blogueurs de gauche se sont emparés de l'attentat pour dénoncer le parti républicain et les ultra-conservateurs du "Tea Party". Ils les accusent d'avoir crée un climat incitant à la violence. Les ténors politiques se sont en revanche bien gardé d'entrer dans la polémique.


Le tireur sera officiellement accusé dimanche Le tireur qui a grièvement blessé une parlementaire et tué six personnes samedi dans une fusillade dans l'Arizona se verra signifier officiellement les accusations pesant contre lui dimanche, a indiqué le directeur du FBI, Robert Mueller. "Les accusations que nous devrions porter sont basées sur l'attaque contre la parlementaire, l'assassinat de son assistant et les violences à l'encontre d'autres de ses collaborateurs, ainsi que sur le meurtre du juge", a-t-il précisé. Le patron de la police fédérale n'a pas exclu la possibilité d'autres accusations aux termes des lois sur le terrorisme au fur et à mesure que l'enquête avancera. M. Mueller a aussi dit qu'"aucune information pour le moment ne laisse penser qu'une menace spécifique demeure" contre des parlementaires. Gabrielle Giffords, 40 ans, élue démocrate, a été abattue à bout portant pendant un meeting à Tucson, dans une fusillade qui a fait sux morts - dont une petite fille de neuf ans et un juge fédéral - et 14 blessés. M. Mueller a confirmé que l'élue était "la cible" du tireur, mais n'a pas été capable de donner des détails sur les motifs de la fusillade.