A gauche, pas d'affrontement Aubry/Strauss-Kahn

La chef du Parti socialiste français, Martine Aubry, a réaffirmé lundi qu'elle et Dominique Strauss-Kahn ne se présenteraient pas l'un contre l'autre lors des primaires que le PS doit organiser pour choisir son candidat à l'élection présidentielle de 2012.

AFP
A gauche, pas d'affrontement Aubry/Strauss-Kahn
©AFP Internet

La chef du Parti socialiste français, Martine Aubry, a réaffirmé lundi qu'elle et Dominique Strauss-Kahn ne se présenteraient pas l'un contre l'autre lors des primaires que le PS doit organiser pour choisir son candidat à l'élection présidentielle de 2012.

Interrogée par un journaliste de la radio publique France Inter sur sa volonté d'éviter un éventuel affrontement avec l'actuel directeur du Fonds monétaire international (FMI) lors des primaires du parti, la première secrétaire du PS a répondu: "Je suis extrêmement têtue et ça fait deux ans que je répète la même chose". Et le journaliste d'insister: "Vous nous confirmez qu'il y aura ou DSK ou vous?". "Voilà", a répondu Mme Aubry. "Je suis quelqu'un d'extrêmement têtu. Cela fait deux ans que je répète la même chose. Je le redis", a-t-elle affirmé.

"Ils décideront ensemble et le feront avec d'autres. Ils ne se présenteront pas l'un contre l'autre", a tenu à réaffirmer l'entourage de Mme Aubry, au lendemain d'élections locales où le PS a largement devancé, avec 35,43% des voix, le parti UMP (droite) du président Nicolas Sarkozy (20%). Une cinquantaine de députés socialistes ont toutefois plaidé lundi matin pour une candidature de Martine Aubry, estimant que leur première secrétaire a la "légitimité pour rassembler tous les socialistes et toute la gauche" en vue de 2012. Interrogée sur cet appel, Martine Aubry a répondu: "Je leur ai demandé de défendre le projet des socialistes, et de m'aider dans le rassemblement de la gauche. Je pense que c'est ce qu'ils vont faire", a-t-elle dit en référence au projet du PS pour la présidentielle qui doit être présenté en avril avant d'être soumis au vote des militants en mai.

Le Parti socialiste doit par ailleurs organiser à l'automne des primaires pour départager les prétendants à la candidature présidentielle. Grand favori des sondages, Dominique Strauss-Kahn n'a pas encore révélé ses intentions même s'il a donné des signes en faveur d'une candidature. Les autres candidats probables sont François Hollande, ancien premier secrétaire du PS, et Ségolène Royal, ex-candidate socialiste à la présidentielle de 2007.

Sur le même sujet