DSK: Valls ne veut plus commenter "ce torrent de merde"

Manuel Valls était l'invité de RTL ce mercredi. Le député-maire socialiste d'Evry et candidat à la primaire PS pour 2012 est revenu sur les accusations dont Dominique Strauss-Kahn fait l'objet et sur la manière dont les médias traite cette affaire.

DSK: Valls ne veut plus commenter "ce torrent de merde"
©AFP Internet
Rédaction en ligne

Manuel Valls était l'invité de RTL ce mercredi. Le député-maire socialiste d'Evry et candidat à la primaire PS pour 2012 est revenu sur les accusations dont Dominique Strauss-Kahn fait l'objet et sur la manière dont les médias traite cette affaire.

Au sujet de la plainte déposée pas la Française Tristante Banon pour tentative de viol, M. Valls n'a pas mâché ses mots. "Je n'en pense rien car je ne connais pas le fond de cette affaire et que je n'ai plus d'envie de commenter ce torrent de boue et permettez-moi de le dire ce torrent de merde qui envahit les ondes de la vie politique française", a-t-il lâché.

Lorsque le journaliste de RTL lui demande qui est à l'origine de "ce torrent de merde ?", le politicien cible les choix rédactionnels des médias. "Peu importe. A ceux qui pensent qu'en faisant cela, ils font vendre des journaux ou peuvent en tirer des bénéfices personnels. Je pense que la presse devrait s'intéresser davantage aux problèmes des Français"

Manuel Valls a également tenu à préciser que ce genre d'affaires affaibli la politique et mène à « l'abstention, la montée du Front National, la rupture brutale et profonde avec les responsables publics ».

C'est finalement le réseau social Twitter que Valls a égratigné. "Il y aura un temps politique, qui n'est pas dans les jours qui viennent ! Sortons du temps de twitter où il faut répondre en permanence à des questions aujourd'hui qui ne se posent pas", a-t-il précisé.


Les avocats de DSK rencontrent mercredi le procureur de New York Les avocats de Dominique Strauss-Kahn doivent rencontrer mercredi les procureurs de New York chargés de l'enquête sur l'ancien directeur du Fonds monétaire international, a rapporté la chaîne d'information CNN. CNN cite une source proche du dossier. Ni les avocats de M. Strauss-Kahn ni le bureau du procureur n'étaient joignables dans l'immédiat pour confirmer l'information. Le Wall Street Journal citait mardi l'adjointe du procureur de Manhattan, Joan Illuzzi-Orbon, qui explique qu'il lui paraît difficile de poursuivre au regard des déclarations contradictoires de la femme de chambre qui accuse DSK d'agression sexuelle, à moins que "je crois chaque mot sortant de sa bouche, et que je sois convaincue de l'aspect criminel de ce qui s'est passé". De son côté, le tabloïd New York Post cite un enquêteur haut placé selon qui ce dossier ne serait "pas défendable" et l'abandon des poursuites désormais "une certitude". DSK est toujours formellement poursuivi pour crimes sexuels. Mais le récit erroné, sous serment, de l'accusatrice et ses activités illégales présumées, révélées à l'occasion de l'audience de vendredi, rend très improbable la tenue d'un procès pour viol présumé qui aurait eu lieu le 14 mai dans une chambre d'hôtel de New York. DSK pourrait par ailleurs affronter une nouvelle affaire après le dépôt de plainte à Paris d'une jeune femme de 32 ans pour tentative de viol en 2003.


Sur le même sujet