L'audition d'Isabelle Prévost-Desprez relance l'enquête sur l'affaire Bettencourt

L'avancée pourrait être spectaculaire dans l'affaire Bettencourt; demain, Isabelle Prévost-Desprez, présidente de la XVe chambre correctionnelle du tribunal de Nanterre, et de Claire Thibout, l'ex-comptable de la milliardaire, seront auditionnées.

L'audition d'Isabelle Prévost-Desprez relance l'enquête sur l'affaire Bettencourt
©AFP Internet
Rédaction en ligne

L'avancée pourrait être spectaculaire; demain, Isabelle Prévost-Desprez, présidente de la XVe chambre correctionnelle du tribunal de Nanterre, et de Claire Thibout, l'ex-comptable de la milliardaire seront auditionnées.

Ces dernières sont convoquées dans le cadre du volet sensible de financement politique illégal. Les deux femmes devraient réitérer, devant le magistrat, leurs déclarations.

Le 31 août dernier, la juge Prévost-Desprez, dans son livre "Sarko m'a tuer", avait évoqué la piste d'un financement de Nicolas Sarkozy par la famille Bettencourt, provoquant un séisme dans le monde politico-financier de l'hexagone. Des propos appuyés par Claire Thibout. Selon elle, des enveloppes bourrées d'euros destinées à la classe politique circuleraient chez les Bettencourt.

Les accusations des deux femmes à l'encontre du président de la République et d'Eric Woerth (lorsqu'il était trésorier UMP) ne sont pas sans conséquences. La juge Prévost-Desprez vient d'être dessaisie du dossier Mediator, ce que certains voient comme un retour de boomerang. Madame Thibout a été, quant à elle, victime de harcèlement judiciaire et policier.

Les deux femmes se sont également retrouvées au centre de l'enquête préliminaire des enregistrements clandestins opérés au domicile de la famille Bettencourt (menée par le procureur de Nanterre, Philippe Courroye en juin 2010). Alors que la procédure avait été tenue secrète, Le Monde a pu y avoir accès. Les milliers de pages dévoilent une enquête fouillée de la police judiciaire (sous ordre du Parquet) sur les "déclencheurs" de ce que l'on nomme "L'affaire Bettencourt", soit ceux qui seraient à l'origine des enregistrements pirates ayant mis à mal le chef de l'État, notamment.

L'enquête ne se pose cependant pas sur la piste du financement politique évoquée par Mme Prévost-Desprez, ce qui ressemble à une enquête à décharge, uniquement. Ainsi, si les comptes de la famille Bettencourt-Meyers ont été soigneusement épluchés, aucune vérification des comptes de campagne de l'UMP, aucune investigation précise autour d'Eric Woerth ou de Valérie Pécresse n'a été menée.

Les auditions de demain, mercredi, devraient relancer une affaire qui semblait pliée.