Van Rompuy appelle Israéliens et Palestiniens à reprendre les négociations

Le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a appelé jeudi à la reprise des négociations directes entre Israël et les Palestiniens et souligné que l'Union européenne demeurait "pleinement engagée" dans le processus de paix au Proche-Orient.

AFP
Van Rompuy appelle Israéliens et Palestiniens à reprendre les négociations
©AP

Le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a appelé jeudi à la reprise des négociations directes entre Israël et les Palestiniens et souligné que l'Union européenne demeurait "pleinement engagée" dans le processus de paix au Proche-Orient.

"Maintenant la reprise des discussions directes entre Israël et l'Autorité palestinienne est la toute première priorité", a déclaré M. Van Rompuy devant l'Assemblée générale de l'ONU.

"En tant que membre du Quartette (UE, ONU, USA, Russie), nous sommes pleinement engagés dans la recherche d'une solution dans le processus de paix au Proche-Orient", a-t-il affirmé.

M. Van Rompuy n'a fait aucune allusion dans son discours à la proposition émise la veille, devant la même assemblée, par le président français Nicolas Sarkozy. Celui-ci a envisagé mercredi un "statut intermédiaire d'Etat observateur" pour la Palestine à l'ONU et invité Israéliens et Palestiniens à reprendre les discussions d'ici un mois pour parvenir à un accord définitif d'ici un an.

"Maintenant, le temps est venu pour le dialogue et les négociations. Les populations ont vécu dans la peur et la souffrance depuis trop longtemps", a poursuivi M. Van Rompuy, rappelant que la position européenne, fixée depuis longtemps, fait référence au retour aux frontières de 1967 (avant l'occupation de la Cisjordanie et de Jérusalem-est par Israël) avec des échanges de territoires à négocier entre les deux parties.

"De plus, l'UE soutient financièrement et pleinement le processus de construction d'un Etat par l'Autorité palestinienne", a-t-il rappelé. "C'est pourquoi je dis aux dirigeants des deux parties: le temps est venu d'agir, il y a des risques politiques mais vous devez les prendre comme l'ont fait certains de vos prédécesseurs".

"Le vent du changement dans toute la région devrait vous aider à sortir des impasses", a ajouté M. Van Rompuy en référence aux printemps arabes.

En revanche, il a exprimé sa préoccupation à l'égard de "la brutale répression qui se poursuit en Syrie de la part du régime". "L'Europe maintient la pression sur le régime par des sanctions et appelle les autre pays à la rejoindre", a-t-il dit.


Ce vendredi, dès 14h30, Charles Enderlin (Fr2) répondra à vos questions en direct de Jerusalem