Constructions à Jérusalem-Est: Israël rejette les critiques internationales

Israël a rejeté une nouvelle fois mercredi les critiques émises par la communauté internationale contre l'annonce de la construction de 1.100 logements dans le quartier de colonisation de Gilo à Jérusalem-Est annexé.

Constructions à Jérusalem-Est: Israël rejette les critiques internationales
©Belga Epa / BELGA
afp

Israël a rejeté une nouvelle fois mercredi les critiques émises par la communauté internationale contre l'annonce de la construction de 1.100 logements dans le quartier de colonisation de Gilo à Jérusalem-Est annexé. "Gilo n'est pas une colonie, pas une colonie sauvage. C'est un quartier qui constitue une partie intégrante du centre de Jérusalem", a déclaré à l'AFP un haut responsable gouvernemental qui a requis l'anonymat.

Le quartier israélien de Gilo est situé à la périphérie sud de Jérusalem-Est, près de la ville palestinienne de Béthléem. "Dans tous les plans de paix (israélo-palestiniens) mis sur la table depuis 20 ans, Gilo devait rester une partie de la Jérusalem juive. La construction dans ce quartier ne contredit pas en soi les engagements pris par Israël en faveur de la paix ou d'une solution de deux Etats pour deux peuples", a souligné ce responsable.

La décision de construire 1.100 logements à Gilo "ne constitue donc pas un changement de politique mais la poursuite de la politique de tous les gouvernements israéliens depuis 1967 qui a été de bâtir dans les quartiers juifs de la ville", a ajouté ce responsable.

L'annonce israélienne a été vivement critiquée par les Etats-Unis qui se sont déclarés "profondément déçus", par l'Union européenne, par la France, qui a parlé de "provocation", et la Grande-Bretagne qui a demandé l'abandon du projet, au moment où la communauté internationale s'efforce de relancer les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens.

"Israël répond au communiqué du Quartette par 1.100 +non+", a pour sa part affirmé le négociateur palestinien Saëb Erakat, en référence à l'appel du Quartette (Etats-Unis, Union européenne, ONU et Russie) vendredi à une reprise des négociations en vue de parvenir à un accord de paix d'ici la fin de 2012.

Pour y parvenir, le Quartette a appelé les deux parties à "se garder d'actes provocateurs", quelques heures après le dépôt par le président palestinien Mahmoud Abbas de la demande d'adhésion à l'ONU d'un Etat de Palestine, sur laquelle doit se prononcer le Conseil de sécurité.

Mahmoud Abbas a conditionné la reprise des négociations notamment à un gel de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-est.

Sur le même sujet