Edito: des libertés inattaquables

Le siège du journal français "Charlie Hebdo", incendié dans la nuit de mardi à mercredi, a-t-il été la cible de musulmans intégristes ? La question est ouvertement posée aujourd’hui.

Edito: des libertés inattaquables
©AFP

Le siège du journal français "Charlie Hebdo", incendié dans la nuit de mardi à mercredi, a-t-il été la cible de musulmans intégristes ? La question est ouvertement posée aujourd’hui alors que l’hebdomadaire satirique français s’était dans sa dernière livraison rebaptisé "Charia hebdo", montrant en Une la caricature du prophète Mahomet hilare avec en toile de fond la récente victoire du parti islamiste Ennahda en Tunisie et la volonté des nouvelles autorités libyennes d’imposer la charia comme la principale source de législation du pays. Cet acte criminel est intolérable dans une société de droit. Les condamnations ont fusé ce mercredi. A juste titre. En Europe, la liberté d’expression et de la presse n’est pas négociable ou à géométrie variable en fonction des croyances, fussent-elles sacrées : elles constituent l’un des fondements de nos systèmes démocratiques. C’est à la justice et à la justice seulement de condamner certains organes de presse si ceux-ci vont trop loin ou jouent la carte de la provocation en s’aventurant par exemple sur le terrain nauséabond de l’incitation à la haine raciale ou de l’injure à une population pour la religion à laquelle elle croit. Peut-on encore s’inquiéter et dénoncer les dérives d’une fraction la plus radicale de l’islam sans injurier l’ensemble de la communauté musulmane, très diverse et qui reste, faut-il le rappeler, la première visée par les intégristes ? La réponse est évidemment "oui". Les menaces n’auront pas raison de nos libertés.

Sur le même sujet