Brèves

La présidente du tribunal de première instance de Bruxelles a remis mardi au 17 septembre 2012 sa décision sur la plainte du fils d’un général libyen, Khaled El Hamidi, qui avait perdu sa femme et ses deux enfants, le 20 juin dernier, dans un bombardement de l’Otan. Dans l’intervalle, la présidente Valérie Englebert a posé trois questions aux avocats du plaignant. Elle leur demande notamment s’il existe un système de compensation pour les civils en cas de bavure de l’Otan et s’il n’est pas plus approprié de déposer plainte contre les pays qui ont participé à la campagne de frappes aériennes en Libye. Me Ghislain Dubois, l’un des deux avocats de M. El Hamidi, se dit "soulagé" et "très rassuré" de voir que la justice belge ne se défile pas. L’opinion du tribunal bruxellois fait quatorze pages. Khaled El Hamidi avait été interviewé au Caire par "La Libre" au début novembre.

Ch. Ly.

Otan

La justice belge postpose à 2012 sa décision sur El Hamidi

La présidente du tribunal de première instance de Bruxelles a remis mardi au 17 septembre 2012 sa décision sur la plainte du fils d’un général libyen, Khaled El Hamidi, qui avait perdu sa femme et ses deux enfants, le 20 juin dernier, dans un bombardement de l’Otan. Dans l’intervalle, la présidente Valérie Englebert a posé trois questions aux avocats du plaignant. Elle leur demande notamment s’il existe un système de compensation pour les civils en cas de bavure de l’Otan et s’il n’est pas plus approprié de déposer plainte contre les pays qui ont participé à la campagne de frappes aériennes en Libye. Me Ghislain Dubois, l’un des deux avocats de M. El Hamidi, se dit "soulagé" et "très rassuré" de voir que la justice belge ne se défile pas. L’opinion du tribunal bruxellois fait quatorze pages. Khaled El Hamidi avait été interviewé au Caire par "La Libre" au début novembre.