Newt Gingrich s'en prend à son rival républicain Mitt Romney

Le candidat républicain à la Maison Blanche Newt Gingrich s'en est pris mercredi à son rival Mitt Romney, estimant que seul "un conservateur à la Reagan" comme lui pouvait rassembler les républicains pour vaincre le président démocrate Barack Obama en novembre.

Newt Gingrich s'en prend à son rival républicain Mitt Romney
©AFP
AFP

Le candidat républicain à la Maison Blanche Newt Gingrich s'en est pris mercredi à son rival Mitt Romney, estimant que seul "un conservateur à la Reagan" comme lui pouvait rassembler les républicains pour vaincre le président démocrate Barack Obama en novembre.

Au lendemain de la victoire sur le fil de Mitt Romney lors d'une consultation organisée dans l'Iowa donnant le coup d'envoi de la campagne des primaires, Newt Gingrich a publié sur une pleine page dans le journal du New Hampshire Union-Leader une publicité comparant ses propres points de vue à ceux de son rival en matière d'impôts, d'armes et de droit à l'avortement.

L'ancien gouverneur du Massachusetts Mitt Romney, favori de la course à l'investiture républicaine en vue de la présidentielle du 6 novembre, est en tête des sondages dans cet Etat du nord-est du pays où se tiendront les premières primaires républicaines du pays le 10 janvier.

Newt Gingrich, ancien président de la Chambre des représentants arrivé à la 4e place lors du vote organisé dans l'Iowa, a souligné "le contraste évident entre un conservateur à la Reagan et un homme modéré du Massachusetts" devant des journalistes, au terme d'une rencontre avec des électeurs dans le New Hampshire, à Laconia.

"Je suis une personne qui a, à deux reprises, contribué au changement à Washington, une fois avec (le président Ronald) Reagan et une fois en tant que président de la Chambre des représentants. Lui (Romney), c'est quelqu'un qui a arrangé à sa manière le libéralisme dans le Massachusetts", a-t-il déclaré. "Il n'y a pas de preuve qu'il ait changé le Massachusetts", a ajouté M. Gingrich, soulignant qu'alors que lui s'était démené pour réduire les impôts, Mitt Romney les avait, en tant que gouverneur, augmentés.

Depuis des mois, le New Hampshire semble acquis à Mitt Romney, 64 ans, conservateur cérébral et peu charismatique, déjà candidat à l'investiture républicaine en 2008. Il y caracole dans les sondages au dessus des 40% des intentions de vote, loin devant ses adversaires.

Mais selon un sondage de la Suffolk University, un tiers des électeurs potentiels de cet Etat n'ont pas arrêté leur décision.

Sur le même sujet