Coup de filet dans les milieux islamistes français

Ce vaste coup de filet ne serait "pas directement liée" à l'enquête sur les crimes de Merah. Dans le même temps, un jeune a été condamné à 3 mois ferme pour apologie des actes de Merah.

AFP
Coup de filet dans les milieux islamistes français
©AFP

Dix-neuf personnes ont été interpellées vendredi par la police dans les milieux islamistes en France lors d'une opération sans lien direct avec les tueries de Toulouse, dont le "traumatisme" est "un peu" comparable au 11-Septembre, a déclaré le président Nicolas Sarkozy.

Ce coup de filet "n'est pas lié simplement à Toulouse, c'est sur tout le territoire, c'est en lien avec une forme d'islamisme radical et c'est en plein accord avec la justice", a déclaré le chef de l'Etat.

"Il y a aura d'ailleurs d'autres opérations qui continueront et qui nous permettront également d'expulser du territoire national un certain nombre de gens qui n'ont, au fond, rien à y faire", a ajouté le président.

Parmi les personnes interpellées, figure le leader d'un groupe radical dissous Forsane Alizza, Mohammed Achamlane. Plusieurs armes ont été saisies lors de son interpellation dans l'agglomération de Nantes (ouest), selon une source policière qui a énuméré "trois kalachnikovs, un pistolet Glock et une grenade".

D'autres armes ont été saisies lors de cette vaste opération, notamment cinq fusils, des armes de poing, des tasers.

Sarkozy: "Je ne veux pas comparer les horreurs"

Interrogé par la radio française Europe 1, M. Sarkozy est revenu sur le carnage perpétré par Mohamed Merah à Toulouse et Montauban (sud-ouest), estimant que le "traumatisme" causé en France par ces meurtres est "un peu" comparable à celui provoqué par les attentats du 11-Septembre aux Etats-Unis.

"Le traumatisme de Montauban et de Toulouse a été profond dans notre pays, un peu, je ne veux pas comparer les horreurs, un peu comme le traumatisme qui a suivi aux Etats-Unis et à New York l'affaire de septembre 2001, le 11-Septembre", a-t-il dit.

Après la mort de Merah le 22 mars, Nicolas Sarkozy avait demandé à la police de procéder à l'"évaluation" de la dangerosité des personnes connues pour entretenir des sympathies avec l'islam radical.

Un jeune condamné à 3 mois ferme pour apologie des actes de Merah

Un jeune homme de 20 ans du même quartier que Mohamed Merah a été condamné jeudi à trois mois de prison pour avoir fait l'apologie de ces crimes, a-t-on appris auprès du parquet.

Mohamed Redha Ghezali, jugé en comparution immédiate, a été condamné pour "provocation à la haine raciale" et "apologie du terrorisme". Il n'est toutefois pas parti en prison à l'issue du jugement, le tribunal n'ayant pas délivré de mandat de dépôt à l'audience.

"Mon pote Mohamed, c'est un homme, un vrai. Dommage qu'il n'ait pas eu le temps de finir le travail", aurait dit le jeune homme, cité vendredi par le quotidien La Dépêche du Midi, lors du contrôle de police d'un groupe le 22 mars, quelques heures après la mort de Mohamed Merah sous les balles du Raid.

Il lui a été reproché d'avoir harangué le groupe qui était contrôlé, insultant les policiers et faisant l'apologie des crimes de Merah.

A l'audience, le représentant du parquet a réclamé neuf mois de prison ferme. Le prévenu a nié les faits, assurant que "les actes qu'a faits Mohamed Merah, c'est inacceptable".

Le procureur de la République Michel Valet, interrogé par l'AFP, a assuré que le parquet "poursuivrait systématiquement" de telles déclarations, "étant donné l'extrême gravité des actes qui ont été commis".


Sur le même sujet