François Hollande : "Faire simple, ce n'est pas faire médiocre"

François Hollande s'est exprimé sur le plateau du JT de France 2 ce mardi soir. Face à David Pujadas, le président français a d'abord dressé un tableau positif de ses différentes relations internationales.

rédaction en ligne
François Hollande : "Faire simple, ce n'est pas faire médiocre"
©AFP

François Hollande s'est exprimé sur le plateau du JT de France 2 ce mardi soir. Face à David Pujadas, le président français a d'abord dressé un tableau positif de ses différentes relations internationales après les récentes réunions au sommet mondial. Il a tenu à répéter et défendre ses options, notamment concernant le retrait prévu des troupes combattantes en Afghanistan. Hollande n'exclut par ailleurs pas une intervention armée sous l'égide de l'ONU en Syrie.

Concernant la récente sortie de Christine Lagarde à propos des Grecs "qui doivent payer leurs impôts", Hollande a évoqué un manque de respect mais n'a pas contredit sur le fond : "Les Grecs ont beaucoup donné. Ils doivent être mis devant leurs responsabilités mais c'est vrai que certains très riches ne paient pas beaucoup d'impôts."

Il a ensuite été question des promesses quant à l'augmentation programmée du SMIC : "L'effort prévu ne doit pas déstabiliser les entreprises." Quant à la croissance : "Ce que j'ai promis, je le tiendrai, sur cinq ans, avec l'objectif de réduction des déficits. Nous trouverons des économies ailleurs et je dis aux Français de ne pas baisser les bras. Il y aura des efforts justement répartis. Les décisions tomberont en juillet et août. Nous devrons respecter nos engagements budgétaires en ne dépensant pas de l'argent que nous n'avons pas. L'injustice concernant certaines retraites sera réparée."

Pujadas a également évoqué les déplacements "plus simples" (train, route...) du président entrant dans le cadre d'une stratégie de communication : "Je suis aujourd'hui sur votre plateau, je ne vous ai pas demandé de venir à l'Elysée... Faire simple, ce n'est pas faire médiocre, banal. Je dois le respect aux Français, je dois être exemplaire. Mon objectif, c'est d'être proche, transparent et clair."

La journée a été marquée par l'annonce du limogeage de hauts fonctionnaires de police : "Je l'avais annoncée. Trois personnes, ce n'est pas une valse considérable. Ils seront remplacés et reclassés. Ils ne seront pas remplacés par des proches, des intimes ou des obligés mais par des fonctionnaires de qualité."

L'intervention présidentielle s'est conclue par un chapitre sur les prochaines législatives : "Je ne m'impliquerai pas dans la compagne, je l'avais dit. Je ne suis pas le chef de la majorité, c'est le Premier ministre. Je ne suis pas le chef du PS, c'est Martine Aubry. Je demande cependant aux Français de faire en sorte que j'aie une majorité pour pouvoir tenir mes engagements, ce que je ne pourrai faire que si j'ai une majorité."

Sur le même sujet