Nouvelle défibrilation cardiaque pour Moubarak

Le Raïs déchu est détenu dans une prison du sud du Caire depuis le deux juin et sa condamnation à perpétuité

AFP
Nouvelle défibrilation cardiaque pour Moubarak
©Reporters

Le président égyptien déchu Hosni Moubarak, emprisonné depuis un peu plus de deux semaines, a subi mardi une nouvelle défibrillation cardiaque, a annoncé l'agence officielle Mena, en évoquant un possible transfert dans un hôpital. "Le coeur de l'ancien président Hosni Moubarak (...) s'est arrêté et il a été soigné à l'aide d'un défibrillateur", a indiqué l'agence, en citant des sources de sécurité.

"Son état de santé s'est beaucoup détérioré", a affirmé une source médicale dans la prison de Tora, dans le sud du Caire, où M. Moubarak est détenu depuis sa condamnation à perpétuité le 2 juin.

"Il y a une probabilité qu'il soit transféré dans un hôpital", a-t-elle ajouté. Un responsable du ministère de l'Intérieur a confirmé que l'état de santé de M. Moubarak s'était dégradé "ces deux dernières heures".

"Nous n'avons pas encore pris de décision. S'ils peuvent le soigner dans la prison, il y restera, sinon il sera transféré", a-t-il déclaré sous le couvert de l'anonymat, en disant ne pas savoir vers quel établissement l'ancien chef d'Etat pourrait être transféré.

La santé de M. Moubarak, 84 ans, aurait décliné lors de son arrivée le 2 juin à Tora. Des sources de sécurité ont fait état de dépression aiguë, de difficultés respiratoires et d'hypertension.

Selon son avocat, M. Moubarak a récemment accusé les autorités de vouloir le tuer.

Sa famille a demandé qu'il soit transféré dans un hôpital pour y être détenu, comme cela était le cas avant sa condamnation, mais les autorités ont fait savoir qu'elles n'avaient pas encore pris de décision et que M. Moubarak serait "traité comme n'importe quel prisonnier".

L'ancien chef d'Etat a été condamné à la prison à vie pour la répression de la révolte contre son régime au début de l'année 2011, qui a fait quelque 850 morts.