Fin de vie pour le régime syrien?

C'est en tout cas ce que croit la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton. Reconnaissant l'échec de la mission de Kofi Annan, elle veut éviter à la Syrie "une agression catastrophique".

AFP
Fin de vie pour le régime syrien?
©AFP Internet

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a averti dimanche que le temps était compté pour le régime syrien et qu'il devait entamer une transition politique pour épargner à la Syrie "une agression catastrophique".

"Il doit être clair que les jours sont comptés pour ceux qui soutiennent le régime" du président Bachar al-Assad, a déclaré Mme Clinton aux journalistes en marge d'une conférence internationale à Tokyo sur l'aide à l'Afghanistan.

Mais elle a reconnu que jusqu'à présent, les efforts menés par l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan pour mettre un terme à la répression brutale de l'opposition en Syrie avaient rencontré des difficultés.

Dans une récente interview au journal français Le Monde, M. Annan a lui-même admis l'échec de sa mission.

"Cette crise se poursuit depuis seize mois, mais j'ai commencé à être impliqué il y a trois mois. Des efforts importants ont été déployés pour essayer de résoudre cette situation de manière pacifique et politique. A l'évidence, nous n'avons pas réussi. Et peut-être n'y a-t-il aucune garantie que nous allons réussir", a-t-il confié.

"Ce que Kofi Annan a dit devrait réveiller tout le monde car il reconnaît qu'il n'y a eu aucun mouvement du régime syrien pour respecter l'accord en six points", a souligné Mme Clinton.

"Dès qu'il sera mis fin à la violence et qu'un processus de transition politique sera engagé, non seulement il y aura moins de morts, mais il y aura une chance d'épargner à la nation syrienne une agression catastrophique qui serait dangereuse pour le pays mais aussi pour la région."

Mme Clinton a réclamé vendredi une résolution de l'ONU sur la transition en Syrie assortie de menaces de sanctions, à la conférence des Amis du peuple syrien réunie à Paris.

Elle y a également rencontré des membres de l'opposition syrienne.

"Il n'y a aucun doute que l'opposition est devenue plus efficace à se défendre et continue son offensive", a déclaré Mme Clinton dimanche. Elle a également rappelé les défections de haut niveau au sein du régime syrien, en avertissant le président Assad que "le sable diminue dans le sablier".

La répression du mouvement de contestation populaire et les combats qui ont suivi entre forces gouvernementales syriennes et opposants armés ont fait plus de 16.500 morts depuis mars 2011, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Sur le même sujet