La Chine lassée des critiques de Mitt Romney

"Tyrannie prospère" L’agence de presse officielle "Chine nouvelle" a reproché mercredi à Mitt Romney, candidat républicain à la présidentielle de novembre aux Etats-Unis, de recourir à la tactique de "faire porter le chapeau" à la Chine lors de ses interventions de campagne. "S’il est facile pour les responsables politiques américains de se défouler sur la Chine et de lui faire endosser la responsabilité de leurs propres problèmes, ils doivent se rendre compte que leurs mots et attitudes empoisonnent l’atmosphère générale des relations sino-américaines", a souligné l’agence d’Etat chinoise. Mitt Romney a promis de faire preuve de fermeté face à la Chine s’il accède à la présidence des Etats-Unis, en critiquant plusieurs fois la politique de Barack Obama vis-à-vis de Pékin. Il a aussi appelé la Chine à respecter les "règles en vigueur" dans l’économie mondiale, alors que Pékin était accusé de manipuler sa monnaie afin de gonfler ses exportations. Le 16 février, M. Romney avait aussi qualifié Pékin de "tyrannie prospère " et promis d’éviter l’avènement d’un " siècle chinois ", dans une tribune publiée par le " Wall Street Journal". " Il est grand temps pour lui d’arrêter sa tactique de faire porter le chapeau à la Chine ", a estimé "Chine nouvelle". " Si les déclarations de Romney sur la monnaie chinoise ne sont qu’une distorsion des faits visant à récupérer les votes anti-Chine, ses propositions de ventes d’armes à Taiwan franchissent une ligne jaune car cela touche aux intérêts fondamentaux de la Chine ", a insisté l’agence. (AFP)

"Tyrannie prospère" L’agence de presse officielle "Chine nouvelle" a reproché mercredi à Mitt Romney, candidat républicain à la présidentielle de novembre aux Etats-Unis, de recourir à la tactique de "faire porter le chapeau" à la Chine lors de ses interventions de campagne. "S’il est facile pour les responsables politiques américains de se défouler sur la Chine et de lui faire endosser la responsabilité de leurs propres problèmes, ils doivent se rendre compte que leurs mots et attitudes empoisonnent l’atmosphère générale des relations sino-américaines", a souligné l’agence d’Etat chinoise. Mitt Romney a promis de faire preuve de fermeté face à la Chine s’il accède à la présidence des Etats-Unis, en critiquant plusieurs fois la politique de Barack Obama vis-à-vis de Pékin. Il a aussi appelé la Chine à respecter les "règles en vigueur" dans l’économie mondiale, alors que Pékin était accusé de manipuler sa monnaie afin de gonfler ses exportations. Le 16 février, M. Romney avait aussi qualifié Pékin de "tyrannie prospère " et promis d’éviter l’avènement d’un " siècle chinois ", dans une tribune publiée par le " Wall Street Journal". " Il est grand temps pour lui d’arrêter sa tactique de faire porter le chapeau à la Chine ", a estimé "Chine nouvelle". " Si les déclarations de Romney sur la monnaie chinoise ne sont qu’une distorsion des faits visant à récupérer les votes anti-Chine, ses propositions de ventes d’armes à Taiwan franchissent une ligne jaune car cela touche aux intérêts fondamentaux de la Chine ", a insisté l’agence. (AFP)