Les talibans ont tenté de tuer Harry

Les talibans ont tenu parole en attaquant vendredi soir la base dans laquelle le prince est affecté, sans parvenir à leurs fins, même si deux soldats américains ont été tués dans l'assaut.

afp
Les talibans ont tenté de tuer Harry
©AP

Les talibans ont effectué une attaque de grande ampleur contre la base dans laquelle est stationné le prince Harry, tuant deux marines américains, selon eux en protestation contre le film américain anti-islam qui a embrasé plusieurs pays musulmans.

L'assaut à l'arme légère et à l'aide d'obus et/ou de roquettes contre le camp Bastion, situé dans la province très instable du Helmand (sud), a été très violent et long, ont indiqué plusieurs sources sécuritaires.

D'après le major Adam Wojack, porte-parole de l'armée américaine, les combats ont commencé à 22H15 (locale, 17H45 GMT) vendredi pour se terminer samedi matin. Selon Sayed Malook, le chef de l'armée afghane dans le sud, les derniers coups de feu ont été tirés vers 2H30 - 3H00 (22H00 - 22H30).

"Tout autour de la base, il y a un grand champ de blé, dans lequel ils se sont cachés. Puis un kamikaze à pied s'est fait exploser contre un mur de la base, ouvrant une brêche, par laquelle 16 autres combattants sont entrés dans la base", a raconté le haut gradé afghan.

Dix-huit insurgés ont été tués - dont un qui a détonné une veste explosive - et un autre a été blessé et capturé, a observé le major Wojack. Tous portaient des vêtements de camouflage, sans que ce porte-parole puisse confirmer s'il s'agissait ou non d'uniformes de l'armée afghane.

Les dégâts matériels infligés à la coalition sont lourds. Un réservoir d'essence et un hangar de maintenance pour aéronefs ont été touchés, selon Sayed Malook. Aucune information n'a été fournie sur le nombre d'aéronefs éventuellement endommagés. "D'après les informations en notre possession, le prince Harry, surnommé capitaine Wales, est hors de danger", a déclaré le sergent Bob Barko Jr, du centre de presse de l'Isaf, la force de l'Otan en Afghanistan, à l'AFP.

Deux soldats américains ont été tués dans l'assaut, a annoncé à Washington un responsable américain de la défense, sous couvert d'anonymat. "Moins de cinq hommes", dont la nationalité n'a pas été précisée, ont également été blessés, selon le sergent Barko Jr.

Qari Yusuf Ahmadi, un porte-parole taliban, a affirmé que l'attaque a été menée "en revanche contre le film insultant des Américains". "Innocence of muslim" (l'innocence des innocents), un long-métrage caricatual à très faible budget et intérêt, a embrasé la rue en Libye, en Egypte, au Yémen et au Soudan. Mais dans le Helmand vendredi, "l'objectif n'était pas le prince Harry", a poursuivi M. Ahmadi.

Le fait que les insurgés aient choisi le camp Bastion, où est stationné le prince Harry, ne peut pourtant pas être qu'une coïncidence. Fort au fait du fonctionnement des médias, les rebelles savaient qu'un assaut contre cette base, impossible à conquérir en combat frontal, leur apporterait une importante couverture médiatique internationale, du fait de la présence du troisième dans l'ordre de succession au trône britannique.

Les talibans afghans avaient en outre affirmé lundi être déterminés à tuer le prince Harry, pilote d'hélicoptère de combat dans l'armée britannique, de retour en Afghanistan pour une deuxième mission militaire. "Nous ne cherchons pas à le kidnapper, mais à le tuer", avait déclaré Zabihullah Mujahid, un autre porte-parole des insurgés, lors d'un entretien téléphonique avec l'AFP, précisant que les talibans avaient mis sur pied un "plan très important" pour parvenir à leurs fins.

Le prince Harry, 28 ans aujourd'hui, est arrivé la semaine dernière à Camp Bastion, dans la province du Helmand pour une mission temporaire de quatre mois comme pilote d'hélicoptère Apache, selon l'armée britannique.

Cette mission est la deuxième dans ce pays pour le prince Harry, mais la première rendue publique par les autorités britanniques. Contacté, un porte-parole de l'armée britannique s'est refusé à tout commentaire sur d'éventuelles mesures de sécurité supplémentaires prises pour le protéger, par rapport à celles en vigueur pour ses compagnons d'arme. Le Royaume-Uni est, avec 9.500 soldats, le deuxième contributeur de l'Isaf en Afghanistan après les Etats-Unis. Il a perdu 425 hommes depuis le début du conflit en 2001.

La coalition de l'Otan a chassé fin 2001 les talibans d'un pouvoir qu'ils occupaient depuis 1996. Ceux-ci mènent depuis lors une guérilla sanglante contre le gouvernement et ses partenaires internationaux.

Quelque 117.000 militaires étrangers sont encore présents en Afghanistan. La grande majorité d'entre eux quittera le pays à la fin 2014. Les forces britanniques pourraient se retirer fin 2013.

Suivez l'actualité de LaLibre.be sur nos comptes Twitter et Facebook. Et téléchargez gratuitement nos applications pour iPhone , iPad et Android, où vous pourrez également télécharger l'édition du jour.

Sur le même sujet