Le ministre pakistanais confirme son appel au meurtre

"J'ai exprimé mon opinion personnelle et ma foi. Je confirme ma déclaration, car c'est la seule solution", a déclaré Ghulam Ahmed Bilour, le ministre pakistanais des Chemins de fer.

Le ministre pakistanais confirme son appel au meurtre
AFP

Le ministre pakistanais qui a mis à prix la tête du réalisateur du film islamophobe "L'innocence des musulmans" a confirmé mardi son appel au meurtre malgré les protestions occidentales, y voyant "la seule solution" pour mettre fin aux "insultes inacceptables contre le prophète". "J'ai exprimé mon opinion personnelle et ma foi. Je confirme ma déclaration, car c'est la seule solution", a déclaré Ghulam Ahmed Bilour, le ministre pakistanais des Chemins de fer, dans un entretien avec l'AFP à Islamabad. "Ma foi est non violente, dit-il, mais je ne peux pardonner ou tolérer ces insultes".

"Le meurtre n'est pas une bonne chose, mais aujourd'hui c'est la seule solution, car les pays occidentaux n'ont rien fait" selon lui contre le réalisateur, un chrétien égyptien vivant aux Etats-Unis et qui se cache depuis, ou contre la diffusion de son film. M. Bilour, considéré à 72 ans comme l'un des politiciens les plus influents du nord-ouest du pays, avait promis samedi 100.000 dollars à quiconque tuerait le réalisateur.

Il a précisé lundi n'avoir pas vu le film, mais que les descriptions qu'on lui en avait faites en faisaient un objet clairement insultant pour l'islam. Dès dimanche, le gouvernement et le parti de M. Bilour, le Parti national Awami (ANP), membre de la coalition au pouvoir, ont rejeté sa déclaration. Les Etats-unis, premiers bailleurs de fonds du Pakistan, ont eux dénoncé des propos "incendiaires". L'Union européenne les a de son côté "déplorés".

Sur le même sujet