Le Rwanda "a autant besoin de la paix" que la RDC

Le Rwanda "n'a jamais refusé de jouer un rôle pour que la paix revienne" dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC)". C'est ce qu'a assuré samedi la ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo.

Le Rwanda "a autant besoin de la paix" que la RDC
©AFP Internet / afp.com
afp

Le Rwanda "n'a jamais refusé de jouer un rôle pour que la paix revienne" dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a assuré samedi la ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo.

"Nous avons besoin de paix autant que le Congo", a affirmé la ministre sur RFI. "Ce que le Rwanda refuse, c'est qu'on essaie de simplifier un conflit intra congolais, qu'on essaie de l'étendre à la région et surtout d'impliquer le Rwanda négativement".

Kinshasa accuse Kigali d'appuyer le M23, groupe d'ex-rebelles intégrés en 2009 à l'armée congolaise, qui se sont mutinés au printemps et ont infligé plusieurs revers aux forces de Kinshasa dans la province orientale instable du nord-Kivu. Des accusations reprises par l'ONU et les Occidentaux, à l'instar du président français François Hollande qui a jugé jeudi que la RDC était victime "d'agressions venant de l'extérieur". "Nous respectons les frontières du Congo", a démenti Mme Mushiwikabo, tout en reconnaissant "un problème de groupes armés dans toute la région".

Kigali accuse en retour Kinshasa de soutenir les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), rébellion hutu rwandaise opposée au régime de Paul Kagame et active dans l'est de la RDC.

Du fait de cette situation, Paul Kagame a refusé de se rendre vendredi et samedi au sommet de la francophonie à Kinshasa où le Rwanda est représenté par Mme Mushikiwabo.

"Il faut se parler et avoir la volonté d'avancer", a cependant affirmé Mme Mushikiwabo, rappelant que Joseph Kabila et Paul Kagame se sont rencontrés à quatre reprises depuis juillet, la dernière fois le 9 octobre à Kampala.

La ministre est restée prudente sur le déploiement d'une éventuelle "force internationale neutre" pour faire cesser les troubles dans l'est de la RDC. "La force neutre est une force qui est nécessaire (...) au cas où les pourparlers politiques échouent", a-t-elle dit. "La question du Congo ne sera pas réglée sans l'implication de la région", a-t-elle cependant prévenu.

Kinshasa souhaite impliquer dans l'éventuelle nouvelle force l'actuelle force des Nations Unies en RDC alors que Kigali ne cache pas sa défiance envers cette force onusienne qu'il accuse de partialité.

Sur le même sujet