Merkel "veut aider la Grèce"

"J'ai l'impression que pas à pas il y a tout de même des progrès visibles, souvent plus lents que nous l'espérions, mais nous devrions toujours redonner une chance à la Grèce", a déclaré Mme Merkel.

AFP
Merkel "veut aider la Grèce"
©AP

La chancelière allemande Angela Merkel a répété samedi qu'elle souhaitait aider la Grèce dont elle a souligné les progrès en matière de réformes économiques, dans une vidéo postée sur le site web du gouvernement allemand.

Quatre jours après un déplacement très suivi à Athènes, où elle a soutenu le programme de réformes du Premier ministre Antonis Samaras, elle a de nouveau évoqué les progrès en cours.

"J'ai l'impression que pas à pas il y a tout de même des progrès visibles, souvent plus lents que nous l'espérions, mais nous devrions toujours redonner une chance à la Grèce", a déclaré Mme Merkel.

Il faut "d'un côté exiger que les engagements pris en commun soient respectés, mais d'un autre côté aider et soutenir (la Grèce) en tant qu'ami et partenaire", a-t-elle ajouté. "Les marchés testent en ce moment notre cohésion", a averti la chancelière.

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, avait fait sensation jeudi en appelant à accorder à la Grèce deux ans supplémentaires pour lui laisser le temps de remplir les objectifs budgétaires fixés par ses créanciers publics réunis au sein de la Troïka (UE-BCE-FMI).

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a déclaré samedi qu'il était possible de discuter du "rythme" de la réduction des dettes européennes, mais pas de son "principe", lors d'une conférence de presse en marge de l'assemblée annuelle du FMI à Tokyo.

Le débat sur le rythme accordé aux pays européens, notamment ceux en difficulté (Grèce, Portugal, Espagne), a fait rage pendant toute la semaine lors de ces rencontres entre grands argentiers du monde.