Législatives en Ukraine: le parti au pouvoir en tête, celui de Timochenko suit

Timochenko, grande absente de ces élections en raison de sa condamnation à sept ans de prison en 2011, a voté "en position allongée" dans la chambre d'hôpital où elle se trouve en raison de hernies discales.

AFP
Législatives en Ukraine: le parti au pouvoir en tête, celui de Timochenko suit
©AP

Le parti du président Viktor Ianoukovitch arrive en tête des législatives en Ukraine dimanche, suivi par l'alliance d'opposition proche de l'ex-Première ministre emprisonnée Ioulia Timochenko, dans un scrutin où le boxeur Vitali Klitschko et les nationalistes ont créé la surprise.

Le Parti des régions de M. Ianoukovitch a obtenu 28% des voix, contre 25% pour l'alliance Batkivchtchina de l'opposante, et 15% pour la formation d'opposition de M. Klitschko, selon un sondage réalisé par le consortium indépendant "National exit-poll".

Suivent ensuite la formation nationaliste Svoboda (Liberté, 12,2%) et les communistes (11,6%). Le parti du footballeur vedette Andreï Shevchenko n'a recueilli que 1,6% des voix, loin de franchir le seuil de 5% nécessaire pour entrer au Parlement, selon la même source.

Trois autres sondages ont confirmé les mêmes tendances, ne divergeant que sur les résultats des communistes et de Svoboda, placés parfois en position inverse. Si le pouvoir s'est félicité de "sa victoire", un des dirigeants de Batkivchtchina, Olexandre Tourtchinov, a estimé que le vote avait "montré le manque de soutien de la population à la politique menée" par le gouvernement.

Les premiers résultats officiels sont attendus dans la nuit de dimanche à lundi.

Udar et surtout Svoboda, qui n'était crédité que d'à peine plus de 5% des suffrages dans les derniers sondages officiels publiés à deux semaines du scrutin, ont été les grandes surprises de ce vote et vont entrer pour la première fois au Parlement.

Après la publication des sondages, M. Klitschko a toutefois fait part de sa déception, estimant que son parti aurait pu obtenir davantage de voix.

Il a par ailleurs répété sa promesse de s'associer avec Batkivchtchina dans la nouvelle assemblée où ces partis obtiennent ensemble plus de voix que le Parti des régions et leurs alliés communistes.

Mais des experts prédisent que le parti au pouvoir réussira à former une majorité recrutant des députés élus au scrutin majoritaire uninominal, qui occuperont la moitié des 450 sièges du Parlement monocaméral.

"La question de la majorité est pratiquement décidée", a déclaré dans la soirée à la télévision Volodymyr Fessenko, directeur de l'Institut des études politiques Penta.

"Nous croyons que le Parti des régions va avoir une majorité", a d'ores et déjà déclaré le Premier ministre Mykola Azarov au cours d'une conférence de presse dimanche soir.

Ces élections, premier grand scrutin depuis l'arrivée au pouvoir en 2010 du président Viktor Ianoukovitch, sont surveillées de près par l'Occident, préoccupé par le recul de la démocratie en Ukraine dont l'emprisonnement de l'ex-Première ministre Ioulia Timochenko est considéré comme un cas emblématique.

Mme Timochenko, grande absente de ces élections en raison de sa condamnation à sept ans de prison en 2011, a voté "en position allongée" dans la chambre d'hôpital où elle se trouve en raison de hernies discales, selon des observateurs de l'OSCE qui étaient présents.

L'alliance Batkivchtchina et des observateurs ukrainiens ont fait état de fraudes observées au cours de la journée, notant notamment l'achat de voix d'électeurs pendant le vote et le taux anormalement élevé des votes à domicile.

"La situation est très tendue, mais ces violations ne dépassent pas" leur niveau traditionnel dans cette ex-république soviétique, a relevé Olexandre Tchernenko, président de l'ONG Comité des électeurs d'Ukraine, spécialisée dans la surveillance des élections.

Les autorités avaient équipé les bureaux de web-caméras afin de retransmettre en direct les images sur un site internet, pour prouver, selon elles, la transparence du scrutin.

Mais l'opposition et des observateurs craignent des fraudes pendant le comptage des voix, qui lui n'est pas retransmis.

Les observateurs de l'OSCE (organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) se prononceront lundi à 12H30 GMT à Kiev sur le scrutin.

Sur le même sujet