Montebourg ridiculise The Economist

La Une du 17 novembre du quotidien a aussi suscité les critiques du patronat.Qu'a fait The Economist pour mériter tant de railleries ?

AFP
Montebourg ridiculise The Economist
©AFP

Le ministre français a ridiculisé vendredi l'hebdomadaire britannique The Economist, dont la Une du 17 novembre comparant la situation économique de la France à une "bombe à retardement au coeur de l'Europe" a aussi suscité les critiques du patronat.

"Franchement, The Economist ne s'est jamais distingué par son sens de la modération. C'est le Charlie Hebdo de la City", a déclaré le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, en comparant l'influent magazine britannique du monde des affaires à l'hebdomadaire satirique français célèbre pour ses caricatures humouristiques.

"Ce sont des caricatures dignes de Charlie Hebdo", a insisté sur la radio Europe 1 M. Montebourg, en visant la couverture de The Economist qui fait l'unanimité contre elle à Paris.

La patronne du Medef (syndicat patronal), Laurence Parisot, a aussi jugé sur RMC/BFMTV que "le titre et la une" du journal étaient "tout à fait exagérés". Mme Parisot a estimé que The Economist "a un temps de retard" parce que tout son dossier a été écrit avant "les premières décisions du gouvernement en faveur de la compétitivité", qui prévoient une baisse des charges et une hausse du principal impôt sur la consommation.

Elle a reconnu que "que si la France s'effondre c'est toute l'Europe qui s'effondre".

La veille, sans faire allusion à The Economist, le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, avait estimé que la croissance du PIB de 0,2% au troisième trimestre "montre que la France est une économie solide, qui a un potentiel de rebond. Ca vient démentir les craintes de récession".

The Economist écrit que "la France pourrait devenir le plus grand danger pour la monnaie unique européenne", et "la crise pourrait frapper dès l'an prochain" dans un dossier spécial de 14 pages.

Sa couverture montre sept baguettes de pain entourées d'un ruban bleu-blanc-rouge, telles des bâtons de dynamite, reliées à une mèche allumée et prêtes à exploser.

Sur le même sujet