La Belgique soutient la Palestine comme Etat Observateur à l'ONU

"Pour le gouvernement, le vote de cette résolution aux Nations unies constituera un encouragement à la poursuite du processus de paix au Moyen Orient", a expliqué Elio Di Rupo.

V.Van Vyve avec Belga
La Belgique soutient la Palestine comme Etat Observateur à l'ONU
©AP

La Belgique votera en faveur de l'accession de la Palestine au rang d'Etat observateur à l'ONU. Le conseil des ministres a pris cette décision ce jeudi matin. "Aujourd'hui, la Belgique a décidé de voter en faveur de la résolution octroyant à la Palestine le statut d'Etat observateur non membre des Nations unies", a déclaré Elio Di Rupo à l'issue d'un conseil des ministres restreint uniquement consacré à ce sujet. "Pour le gouvernement, le vote de cette résolution aux Nations unies constituera un encouragement à la poursuite du processus de paix au Moyen Orient", a expliqué le Premier ministre.

La Belgique émettra un vote positif jeudi aux Nations unies lorsque la question de la reconnaissance de la Palestine comme État observateur non membre sera abordée, a indiqué le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, à l'issue d'un comité ministériel restreint. L'ambassadeur belge à l'ONU assortira le vote d'une déclaration demandant le retour à la table des négociations d'Israël et de l'Autorité palestinienne sans condition préalable en vue d'une solution qui passe par deux États viables et sécurisés.

Dans la majorité, PS et cdH ont réclamé mercredi au gouvernement qu'il donne l'instruction d'un vote positif alors que dans le même temps, les Affaires étrangères faisaient savoir que la Belgique n'avait pas encore arrêté de position officielle, et que celle-ci serait sans doute adoptée peu avant le vote. "C'est pour cela que nous n'avons pas communiqué. Si on donnait une position belge, on cassait toute possibilité de consensus européen", a fait remarquer M. Reynders. Et de préciser: "vouloir sans cesse avoir une position belge spécifique casse cette idée d'une diplomatie européenne".

Peu avant l'Assemblée Générale de l'ONU, la Belgique a donc finalement décidé d'apporter son soutien à la demande que fera le raïs Abu Mazen, tout comme l'avait fait la France plus tôt dans la semaine.

Le représentant de l'Autorité palestinienne devra obtenir la majorité simple des 193 États membres pour voir sa demande acceptée.

L'UE en ordre dispersé

M. Reynders a par ailleurs regretté que l'Union européenne n'ait pu aboutir à une position commune devant ce vote de nature, selon lui, essentiellement symbolique.

Pendant 10 jours, le ministre belge dit s'être employé avec d'autres collègues européens à dégager un consensus avant de constater que ce n'était pas possible. "Je pense que c'est un échec de l'Europe. J'espère que ce qui va se passer à New York ne va pas disqualifier l'Union européenne dans le processus" (de paix entre Israël et la Palestine, ndlr), a souligné M. Reynders.

L'Allemagne s'abstiendra lors du vote visant à donner un statut d'Etat observateur à l'Onu pour la Palestine, a annoncé jeudi le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle dans un communiqué. "L'Allemagne partage l'objectif d'un Etat palestinien (mais) selon nous, on peut douter du fait que l'étape visée aujourd'hui par les Palestiniens serve le processus de paix", a expliqué le ministre.

La Grande-Bretagne a quant à elle dit qu'elle s'abstiendrait lors du vote à moins que ses conditions ne soient remplies, notamment le retour immédiat des Palestiniens à la table des négociations sans condition préalable.


Sur le même sujet