Fillon et Copé s'accordent sur un nouveau vote

Selon un de ses proches cité par "Le Monde", Jean-François Copé serait prêt à ce qu'une nouvelle élection à la présidence de l'UMP ait lieu en septembre 2013. François Fillon y verrait "un délai raisonnable".

Fillon et Copé s'accordent sur un nouveau vote
©AFP internet
AFP

Selon un de ses proches cité par "Le Monde", Jean-François Copé serait prêt à ce qu'une nouvelle élection à la présidence de l'UMP ait lieu en septembre 2013. François Fillon y verrait "un délai raisonnable".

Sur son site internet, "Le Figaro" ajoute que Chaque camp poserait cependant ses conditions. "Le président proclamé de l'UMP exige l'abandon du référendum des parlementaires, prévu mardi, et la dissolution du groupe dissident RUMP. L'ancien premier ministre souhaite la mise en place d'une direction paritaire".

Copé d'accord pour 2013

Le vainqueur contesté de l'élection à la présidence de l'UMP, Jean-François Copé, a indiqué dimanche à son rival François Fillon être prêt à une nouvelle élection en "septembre 2013", ce qui pourrait mettre un terme à un mois de crise au sommet de la droite française.

"Dans un souci d'apaisement, Jean-François Copé est d'accord pour organiser une nouvelle élection en septembre 2013. C'est une date à mi-chemin entre mars 2013, comme le voulait initialement François Fillon, et mars 2014, comme l'avait proposé M. Copé", a indiqué à l'AFP un proche de M. Copé.

L'accord global doit aussi inclure la dissolution du groupe dissident R-UMP créé par l'ancien Premier ministre à l'Assemblée nationale et l'abandon d'un "référendum" des parlementaires, programmé mardi, sur la date d'un nouveau scrutin.

Par ailleurs, les deux rivaux, qui se sont vus la dernière fois en tête-à-tête mardi soir sans succès, ont repris des contacts directs dimanche. L'entourage de M. Fillon n'a pas souhaité réagir immédiatement à cette annonce de M. Copé.

Ce geste du président de l'UMP était espéré depuis jeudi par plusieurs de ses amis, à commencer par l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui a mené d'intenses et discrètes tractations ces derniers jours auprès de François Fillon qui conteste la victoire sur le fil de Jean-François Copé le 18 novembre lors d'un scrutin interne entaché de forte irrégularités.

Le poste de président de l'UMP est considéré comme un tremplin pour la prochaine présidentielle en France de 2017.

Sur le même sujet