Démission du Pape: les réactions à travers le monde

Après l'annonce de la démission du pape Benoît XVI, les réactions tombent les unes après les autres dans le monde et en Belgique: Barack Obama, Monseigneur Léonard, Angela Merkel, le Grand rabbin, François Hollande...

AFP
Démission du Pape: les réactions à travers le monde
©Photonews

Après l'annonce de la démission du pape Benoît XVI, les réactions tombent les unes après les autres dans le monde et en Belgique: Monseigneur Léonard, Angela Merkel, le Grand rabbin, François Hollande, David Cameron,...

Barack Obama garde un "souvenir chaleureux" de Benoit XVI

Le président des États-Unis Barack Obama offre ses "remerciements" et ses "prières" au pape Benoît XVI qui a annoncé lundi renoncer à son pontificat, a indiqué la Maison Blanche.

"De la part des Américains partout dans le monde, Michelle (son épouse, NDLR) et moi-même souhaitons offrir nos remerciements et nos prières à Sa Sainteté le pape Benoît XVI", a déclaré M. Obama dans un communiqué.

Le couple présidentiel américain avait rencontré pour la première et dernière fois en date le pape lors de la visite effectuée par M. Obama au Vatican en juillet 2009, dont le dirigeant a dit garder un souvenir "chaleureux".

"J'ai apprécié le travail que nous avons effectué ensemble ces quatre dernières années", a ajouté M. Obama, dont certaines mesures politiques, notamment en matière de contraception, ont créé des frictions avec les institutions catholiques américaines.

"L’Église (catholique) joue un rôle crucial aux États-Unis et dans le monde, et j'adresse mes vœux à ceux qui vont bientôt se réunir pour désigner un successeur" au pape, a conclu le président américain.

Merkel exprime son "plus grand respect"

La chancelière Angela Merkel a exprimé lundi son "plus grand respect" pour la décision du pape d'origine allemande Benoît XVI de démissionner le 28 février en raison de son âge avancé. "Si le pape lui-même, après mure réflexion, en est venu à la conclusion que ses forces ne sont plus suffisantes pour exercer sa fonction, cela suscite mon plus grand respect", a-t-elle dit lors d'un point presse à la chancellerie, estimant que Benoît XVI "est et reste l'un des plus grands penseurs religieux de notre époque".

Hollande: démission du pape, décision "éminemment respectable"

Le président français François Hollande a jugé lundi la décision du pape Benoît XVI de démissionner "éminemment respectable", en marge d'un déplacement en banlieue parisienne. "Je n'ai pas de commentaire particulier sur cette décision qui est éminemment respectable et qui fera qu'un nouveau pape sera choisi", a déclaré M. Hollande devant la presse. "La République salue le pape qui prend cette décision mais elle n'a pas à faire davantage de commentaires sur ce qui appartient d'abord à l'Eglise", a-t-il insisté.

"C'est une décision humaine et une décision liée à une volonté qui doit être respectée", a enchaîné le président Hollande. Le pape Benoît XVI a annoncé lundi sa démission le 28 février, dans un discours prononcé en latin lors d'un consistoire au Vatican, a annoncé à l'AFP le porte-parole du Saint-Siège.

"Un coup de tonnerre..."

Même au Vatican, l'annonce de la démission de Benoît XVI a surpris à tel point que le doyen des cardinaux Mgr Angelo Sodano a parlé de "coup de tonnerre dans un ciel serein".

Le chef du gouvernement italien démissionnaire Mario Monti s'est même dit "très secoué par cette annonce".

Le secrétaire de l'épiscopat de Pologne, Mgr Wojciech Polakl, n'a pas semblé si surpris: "L'abdication du pape est une grande surprise pour nous tous, mais le pape Benoît XVI avait réfléchi à plusieurs reprises sur la question de savoir si, à cause de son grand âge, il avait encore assez de forces pour assumer correctement sa fonction du successeur de Saint Pierre".

Cameron: Le pape "manquera comme chef spirituel à des millions de gens"

Le pape Benoît XVI, qui a annoncé lundi sa démission, "manquera comme chef spirituel à des millions de gens", a réagi le Premier ministre britannique David Cameron, qui a salué les efforts du souverain pontife pour renforcer les relations du Vatican avec le Royaume-Uni. "Il manquera comme chef spirituel à des millions de gens", a réagi le chef du gouvernement britannique dans un communiqué. "J'adresse mes meilleurs voeux au pape Benoît XVI après son annonce aujourd'hui. Il a travaillé sans relâche à renforcer les relations de la Grande-Bretagne avec le Saint-Siège. Sa visite en Grande-Bretagne en 2010 est remémorée avec grand respect et affection", a-t-il ajouté. Le voyage de quatre jours de Benoît XVI en Grande-Bretagne en septembre 2010, première visite d'Etat d'un pape au Royaume-Uni, avait été pour partie consacré au rapprochement des Eglises catholique et anglicane, près de cinq siècles après la rupture voulue par le roi anglais Henry VIII.

Le pape avait estimé que ce voyage avait été "un événement historique marquant une nouvelle phase" dans les relations entre la Grande-Bretagne et le Vatican. Affirmant ne plus avoir "les forces" de diriger l'Eglise catholique en raison de son "âge avancé", Benoît XVI, 85 ans, a annoncé lundi sa démission du Vatican le 28 février, une première dans l'histoire de l'Eglise moderne. Son successeur sera désigné "pour Pâques", a indiqué le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi.

Grand rabbin: le pape a aidé à faire baisser l'antisémitisme

Le pape Benoît XVI a amélioré les relations entre le christianisme et le judaïsme, contribuant à "une diminution des actes antisémites dans le monde", a déclaré lundi le Grand rabbin ashkénaze d'Israël, Yona Metzger. "Sous son autorité, les relations entre le Grand rabbinat et l'Eglise, le judaïsme et le christianisme, sont devenues beaucoup plus étroites, ce qui a conduit à une diminution des actes antisémites dans le monde", a déclaré à l'AFP un porte-parole du Grand rabbin, citant celui-ci, en réaction à l'annonce de la démission de Benoît XVI.

Le chef des Anglicans a le "coeur lourd" mais comprend

Le nouvel archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, chef spirituel des Anglicans, a déclaré lundi avoir "le coeur lourd" à l'annonce de la démission du pape Benoît XVI mais ajouté qu'il comprenait "totalement" cette décision. "C'est avec le coeur lourd mais avec une compréhension totale que nous avons appris ce matin la décision du pape Benoît XVI de renoncer à sa charge d'évêque de Rome, qu'il a remplie avec une grande dignité, clairvoyance et courage", a déclaré le responsable religieux, ajoutant qu'il parlait au nom des "Anglicans du monde entier".

"Lors de sa visite au Royaume-Uni, le pape Benoît XVI nous a montré à tous une partie de ce que la vocation du Siège de Rome signifie en pratique: témoigner de la portée universelle de l'Evangile et être un messager porteur d'espoir à un moment où la foi chrétienne est remise en question", a encore déclaré l'archevêque de Cantorbéry. "Nous prions pour que Dieu le bénisse, dans sa retraite, pour qu'il ait le coeur et l'esprit en paix, et nous confions à l'Esprit Saint ceux qui ont la responsabilité d'élire son successeur", a-t-il conclu.

Les réactions en Belgique

Le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V) "a du respect pour la décision du pape Benoît XVI" de passer le relais à un successeur, "contrairement à la tradition". L'époque très changeante est exigeante sur le plan économique et social, selon M. Peeters. "Ceci vaut aussi pour les personnes qui assument un rôle de repère spirituel", a-t-il ajouté, en précisant qu'"ils doivent trouver le juste équilibre entre authenticité et adaptation, entre les traditions du passé et les défis d'aujourd'hui". Ces personnes doivent pouvoir agir "avec une grande conviction et être appuyés par une bonne santé", ajoute M. Peeters, qui respecte pleinement la décision du pape.

Monseigneur Léonard, au nom de la Conférence épiscopale de Belgique, a rendu hommage à l'"esprit brillant et au coeur humble" de Benoît XVI. "Je tiens avant tout à exprimer ma reconnaissance à l'un des papes les plus brillants, d'un point de vue intellectuel et théologique, de ces 150 dernières années. C'est un esprit brillant et un coeur très humble, dont je retiendrai l'intelligence, l'esprit de synthèse mais aussi l'humour", a-t-il ajouté. Benoît XVI, "c'est un style très différent de celui de son prédécesseur, Jean-Paul II, sans doute moins à l'aise dans la foule mais avec qui nous pouvions avoir des conversations privées très intéressantes", a poursuivi l'archevêque. Ce dernier connaît le pape depuis de longues années. "Dire qu'il est mon ami, c'est aller trop loin mais nous nous connaissons bien et j'ai été heureusement surpris quand il a été élu en avril 2005, malgré la réputation que d'aucun lui avait injustement faite."

"Nous entrons désormais dans une période de méditation, de recueillement et d'écoute des besoins de l'église", a encore déclaré Monseigneur Léonard. Selon ce dernier, les 119 cardinaux électeurs, dont le Belge Godfried Danneels, devraient se réunir en mars afin d'élire un nouveau pape. Les qualités que ce dernier devra posséder: avoir moins de 80 ans, être en bonne santé, aimer le contact avec les gens, disposer d'une expérience internationale et être ouvert au dialogue entre les religions. "Mais je ne fais pas partie du conclave qui élira le successeur de Benoît XVI", a enfin rappelé Monseigneur Léonard. "Déçu? Je ne m'attarde pas à ce genre de pensées. J'ai vécu 73 ans ainsi et je ne m'en porte pas plus mal", a-t-il conclu.


Sur le même sujet