Eric de Beukelaer: "Le Pape donne un signal très clair à ses successeurs"

Le Curé-doyen de Liège-Rive gauche donne ses premières impressions suite à la démission du pape Benoît XVI à LaLibre.be. Pour Eric de Beukelaer, c'est une véritable surprise, même si avec le recul, la surprise n'est pas 'totale.'

Entretien: Dorian de Meeûs
Eric de Beukelaer: "Le Pape donne un signal très clair à ses successeurs"
©Montage lalibre.be

Le Curé-doyen de Liège-Rive gauche donne ses premières impressions suite à la démission du pape Benoît XVI à LaLibre.be. Pour Eric de Beukelaer, c'est une véritable surprise, même si avec le recul, la surprise n'est pas 'totale.'

Vous êtes surpris par cette démission ?

Oui, c’est une véritable surprise. On est même un peu bluffé qu’il ait pris cette décision. Mais avec un peu de recul, je réalise que ce n’est pas une surprise ‘totale’. Benoît XVI est un pape théologien et, dès lors, il connaît bien l’Histoire de l’Eglise. Il savait donc que cela avait déjà eu lieu, même si la dernière fois date de plusieurs siècles. Il sait aussi que certains de ses prédécesseurs immédiats y avaient pensé aussi : Pie VII sous Napoléon, pendant la guerre Pie XII craignait d’être kidnappé par Hitler et plus récemment Jean-Paul II y avait pensé pour des raisons de santé. Il l'avait d’ailleurs dit récemment dans un livre-entretiens. (NDLR : extrait de ce livre : « si un pape se rend compte clairement qu'il n'est plus capable physiquement, psychologiquement ou spirituellement d'accomplir les tâches de sa fonction, il a le droit et, selon certaines circonstances, l'obligation de démissionner »). Benoît XVI disait donc qu’une démission était possible.

Benoît XVI n'avait donc jamais exclu une telle décision?

Non, et ce, certainement s’il ne s’en sent plus physiquement capable dans un monde où l’on attend beaucoup plus du Pape que par le passé. Avec les médias, il y a moins de distance qu’avant… il doit donc être très réactif, la moindre petite phrase pouvant prendre des proportions énormes. Il donne un signal très clair à ses successeurs : un Pape peut quitter sa charge avant que sa vie terrestre ne se termine. C’est sans doute même son dernier geste de théologien : il fait ce qu’il suggérait lui-même dans ses écrits.

Juste après son élection, on parlait de lui comme un Pape ‘de transition’. Selon vous, il l’a été ?

On a dit cela par rapport son âge – près de 80 ans - et par rapport au long règne de Jean-Paul II. Personnellement, je ne pense pas qu’il ait été ce Pape de transition. Il aura été le Pape théologien par excellence. Cela faisait très longtemps qu’un Pape avec une telle stature intellectuelle n’avait pas vu le jour. On l’a par exemple vu avec ses livres de théologie. Ce sont des écrits de théologien qui peuvent donc être critiqués par d’autres théologiens… C’est plutôt inédit. Il restera aussi le Pape qui aura eu à gérer le grand scandale de la pédophilie qui a éclaté pendant son règne. Une gestion magistrale, car il n’a – par exemple – pas hésité à retirer sa fonction à un fondateur d’un ordre prestigieux, celui des Légionnaires du Christ. Cela dit, je sais que de nombreuses victimes estiment que cela n’a pas été suffisant ou assez rapide. Il a prouvé qu’il ne transigeait pas avec cette question.

Sur d’autres questions, il est critiqué par certains pour son manque d’ouverture : homosexualité, usage du préservatif, acceptation du divorce,…

Le message de l’Eglise a 2 millénaires… La défense du mariage et de la vie à tout prix remonte au tout premier siècle. Je pense que quand on est convaincu de quelque-chose, il est de son devoir de l’annoncer… avec beaucoup d’Amour et sans blesser personne. Il a essayé de le faire. Permettez-moi aussi de rappeler qu’aux Journées mondiales de la Jeunesse, des centaines de milliers de jeunes sont présents et soutiennent le Pape. Il n’avait pas l’aura de son prédécesseur… qui était aussi critiqué. Je pense que la jeunesse préfère un langage direct et franc.

Cette démission n’a pas d’effet immédiat, ce sera effectif dès le 28 février à 20h. Que se passera-t-il après ?

C’est beaucoup trop tôt pour l’annoncer… mais je pense que ce délai est justement fait pour permettre aux cardinaux de se retourner et préparer au plus vite le Conclave qui désignera le nouveau Pape. Entre les deux, ce seront les affaires courantes…

L’objectif est d’avoir un Pape à Pâques ?

C’est ce que je pense, oui.


Ce mardi, découvrez l'EDITION SPECIALE de La Libre! Chattez avec notre journaliste Christian Laporte dès 11h.