"L'Allemagne ne veut pas dominer l'Europe"

Avec émotion, M. Gauck, qui fut un citoyen de l'ex-RDA, a souligné tout ce que les Allemands devaient à l'Europe après la seconde Guerre Mondiale et la chute du régime nazi.

"L'Allemagne ne veut pas dominer l'Europe"
©AP
afp

Le président allemand Joachim Gauck a assuré que son pays n'aspirait pas à dominer l'Europe, lors d'un plaidoyer pro-européen vendredi à Berlin, alors que des craintes d'un diktat allemand sont apparues durant la crise de l'euro dans certains pays.

"Je ne vois personne parmi les hommes politiques en Allemagne qui aspirerait à un diktat allemand (...) Plus d'Europe ne veut pas dire en Allemagne: une Europe allemande. Plus d'Europe signifie pour nous: une Allemagne européenne!", a déclaré M. Gauck.

"Nous ne voulons intimider personne", a-t-il lancé dans son premier grand discours sur l'Union européenne depuis son entrée en fonction en mars 2012, devant quelque 200 personnes réunies pour l'occasion dans la résidence présidentielle à Berlin.

Le président allemand, qui a essentiellement une fonction honorifique, a insisté sur le fait que l'Allemagne, considérée "comme l'homme malade de l'Europe" il y a dix ans, avait entrepris des mesures qui l'avaient rendue plus compétitive et qu'elle voulait partager cette expérience, en ayant conscience qu'il n'y avait pas une solution unique à la crise.

Avec émotion, M. Gauck, qui fut un citoyen de l'ex-RDA, a souligné tout ce que les Allemands devaient à l'Europe après la seconde Guerre Mondiale et la chute du régime nazi.

"C'était à notre pays que les vainqueurs occidentaux ont fourni aide et solidarité après la guerre. On nous a épargné après notre hybris (démesure, ndlr) une existence de paria étranger hors de la famille des nations", a-t-il continué.

Par ailleurs, le président allemand a appelé avec force les Britanniques à rester dans l'Union Européenne, après que le Premier ministre britannique, David Cameron, a promis en janvier, s'il était réélu, d'organiser un référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE.

"Chers Anglais, Écossais, Gallois, Irlandais du Nord et nouveaux citoyens britanniques, nous voulons vous garder avec nous! Nous avons besoin de votre expérience en tant que plus ancienne démocratie parlementaire, nous avons besoin de vos traditions, de votre sobriété et de votre courage!", a-t-il lancé.

Et de rappeler combien l'Europe devait à la Grande-Bretagne qui avait courageusement résisté pendant la seconde Guerre Mondiale. "C'est votre Europe. (...) Plus d'Europe ne doit pas signifier: sans vous !", a-t-il dit.

Sur le même sujet