Les Italiens ont envoyé un "message de protestation à l'UE"

Le président du Parlement européen a affirmé que "les gens étaient prêts à faire des sacrifices mais pas coûte que coûte". "Nous entendons le message d'inquiétude" a répliqué la Commission européenne.

Les Italiens ont envoyé un "message de protestation à l'UE"
©AFP
AFP

Le président du Parlement européen, le social-démocrate allemand Martin Schulz, a affirmé mardi que les électeurs italiens avaient envoyé un message de protestation à l'Union européenne et qu'une des leçons de ce scrutin était que "les gens étaient prêts à faire des sacrifices mais pas coûte que coûte".

Les électeurs italiens ont montré qu'il n'étaient "pas satisfaits" de la cure d'austérité qui leur est imposée, a affirmé M. Schulz au cours d'une conférence de presse au Parlement européen, en notant que ce qui se passe en Italie affecte toute l'Europe. "Nous prenons note qu'il y a eu un large vote de protestation contre la politique d'assainissement budgétaire", a-t-il ajouté.

"Il faut combiner la discipline budgétaire, la rigueur fiscale avec la croissance et la lutte contre le chômage, notamment des jeunes", a souhaité M. Schulz en appelant les différentes forces politiques italiennes au dialogue et au sens du compromis pour former un gouvernement car "la stabilité est nécessaire".

Les politiques de rigueur ne sont pas imposées par Bruxelles mais par les gouvernements européens dont le gouvernement italien, a rappelé M. Schulz. Il a cependant noté que les électeurs italiens avaient une perception différente de cette réalité en faisant porter à l'Europe la responsabilité de leurs difficultés. Mais, a également souligné, M. Schulz, le choix des électeurs italiens doit être respecté. "Il faut écouter l'appel émis par ce vote", a-t-il dit.

Sur le même sujet